Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Stephen Boucher


CEO de consoGlobe

Janvier 2017, à Paris

Le monde de demain selon eux

« Les pouvoirs publics doivent devenir la direction « innovation » de nos sociétés.

Stephen Boucher est le CEO du média engagé consoGlobe. Rencontré à l'occasion de la parution à venir du "petit manuel de créativité politique", celui-ci nous a livré sa vision du futur en politique.

Pouvez-vous nous présenter votre média en ligne, consoGlobe ?

ConsoGlobe.com, c’est un peu comme la créativité en politique : on est beaucoup plus présent qu’on ne parle de nous ! En effet, avec plus de 2 millions de visiteurs uniques mensuels, 3 millions pour le groupe complet, avec les sites complémentaires de consoGlobe.com (planetoscope.com, consommerdurable.com et encyclo-ecolo.com), nous sommes de loin le premier média français du « vivre mieux ».

Dans votre livre à paraître, Petit Manuel de Créativité Politique – Ces idées géniales qui sauveront la démocratie, on s’interroge : en quoi la créativité vous paraît essentielle dans l’arène politique ?

La créativité a conquis tous les domaines. Les entreprises cultivent l’innovation, les designers recherchent la créativité, et même les magazines nous conseillent pour être inventifs au lit. Un seul domaine reste hermétique à la révolution créative : la politique. Pourtant, tous les responsables politiques nous parlent de « changement » et d’« idées nouvelles ».
A chaque élection, on a le droit au festival des promesses. Mais, où est le vrai renouveau ? Qui réfléchit à notre capacité collective de produire plus de solutions efficaces ? Cet impensé n’est pas une fatalité. C’est surtout une priorité, parce que cet « establishment » qui n’apporte pas de réponses valables se voit puni par des citoyens qui cherchent autre chose.
Cet autre chose, ce sera un choc de créativité et d’intelligence collective. Pour aller plus loin, je vous invite à lire la réponse détaillée dans le livre !

Vous souhaitez remettre de l’humain dans la politique et redonner la place au citoyen dans les prises de décisions, concrètement, selon vous, comment les institutions peuvent-elles le faire aujourd’hui ?

Le concept clef, ce n’est pas tant le « bottom up », que la co-création : les personnes qui sont intéressées par une politique donnée doivent être mieux associées à la formulation des solutions, mais aussi, en aval, au diagnostic du problème, et, en amont, à l’évaluation et à l’ajustement des mesures adoptées.
C’est comme cela qu’on a une diversité de points de vue qui mène à des étincelles créatives, et qu’on garantit aussi la robustesse des politiques développées. Pour que cette co-création devienne plus systématique, il faut concevoir des manières d’ouvrir les « canaux de créativité » par des méthodes et des lieux de rendez-vous. Concrètement, c’est déjà fait, par bribes, sur des territoires restreints par des institutions publiques : budgets participatifs, urbanisme collaboratif, processus de consultation plus ou moins construits.
Mais tout ça n’est pas organisé avec l’ambition de faire des institutions des facilitateurs de créativité.
Les pouvoirs publics doivent devenir la direction « innovation » de nos sociétés.


Vous avez procédé à un sondage délibératif européen, est-ce que vous croyez en l’établissement d’une démocratie délibérative ?

La délibération est l’oxygène de la démocratie. Si les opinions ne peuvent se frotter les unes aux autres efficacement alors il n’y a pas de décision démocratique. On doit passer d’une démocratie des employés à une démocratie des actionnaires. Autrefois, on élisait des élus dont on attendait les décisions jusqu’aux élections suivantes. Actuellement, on reconnaît que nous avons tous une part investie dans le succès de notre société et que nous devons trouver les manières de donner à tous les « actionnaires » les informations quant aux choix stratégiques, la possibilité d’infléchir ceux-ci, de participer à leur mise en œuvre, évaluation et ajustement. Mon expérience du sondage délibératif, de même que de nombreuses autres expériences de démocratie délibérative, montre que c’est tout à fait faisable et bénéfique, mais que ça demande de respecter certains principes, car, trop souvent, on fait du « participatif » pour faire bien sans plus.

Vous abordez surtout les « civic tech » dans votre ouvrage, dans ce domaine d’innovation et au-delà quelles sont les tendances majeures que vous entrevoyez ?

Les outils technologiques modernes sont un outil précieux qui facilite la consultation du grand nombre, mais qui ne remplace pas le travail de fond qu’implique tout travail de créativité. Car celle-ci nécessite de combiner la diversité des points de vue – ce qu’apporte la consultation des masses par internet, avec les outils de civic tech – qui ne va en général pas s’obtenir qu’avec le crowdsourcing. Il faut aussi que des experts, des élus, des administrations, des citoyens actifs puissent se poser en tête à tête. Il est évident que les civic tech n’en sont encore qu’à leurs balbutiements. On va être surpris par la puissance de ces outils pour associer différemment les acteurs concernés.
L’autre tendance, c’est celle désormais bien identifiée du collaboratif, car les potentialités des modes de collaboration entre citoyens prenant en charge des aspects divers de la cité sont loin d’être totalement exploitées.
La troisième, c’est l’identification de l’innovation politique comme la mission des pouvoirs publics. Il existe le danger que le système, qui a plutôt tendance à tuer aujourd’hui la créativité que la faciliter, empêche cette tendance d’éclore.

Quelle est l’innovation qui vous a fait un effet « whaouh » dernièrement ?

On n’en parle pas, mais il y a beaucoup de créativité politique derrière le brouhaha médiatique qui s’agite autour de quelques sujets, généralement de manière négative et simpliste. Par exemple, le site WikiBlock permet aux citoyens de mettre les autorités municipales devant le fait accompli en permettant de créer des innovations urbaines temporaires. On trouve sur le site, les plans pour y construire des îlots pour ralentir la circulation ou encore des bacs à fleurs publics par exemple... L’idée c’est de montrer aux municipalités ce qui est possible et ce que les gens veulent.

Le sujet vous interpelle ? Pourquoi ne pas participer à lacampagne de crowdfunding du "Petit manuel de créativité politique" ?





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Delphine Remy-Boutang Co-fondatrice de "la Journée de la Femme Digitale"

Delphine Remy-Boutang interviewé par Soon Soon Soon

« L’ADN du digital est féminin par la transmission, la créativité, la rapidité. Ces valeurs féminines modifient les façons de travailler en étant plus collaboratif. »

à Paris
Février 2017

LIRE LA SUITE

Guillaume Fourdinier Co-fondateur & CEO d'Agricool

Guillaume Fourdinier interviewé par Soon Soon Soon

« La fraise sans goût et la tomate uniforme pleine d’eau sont une des conséquences d’un rallongement du transport moyen des fruits et légumes en Europe, soit 1 500 km entre le champ et l’assiette. Et cette distance grandit de jour en jour depuis 20 ans. »

à Paris
Février 2017

LIRE LA SUITE

Clémentine Chambon Co-fondatrice & CTO d'Oorja

Clémentine Chambon interviewé par Soon Soon Soon

« En Europe, tout le monde est conscient du changement climatique mais on responsabilise les consommateurs – par exemple - sur leur consommation de viande … mais ce n’est pas à chacun de faire son changement.
»

à Paris
Janvier 2017

LIRE LA SUITE

Frédéric Agid Tatoueur & graphiste

Frédéric Agid interviewé par Soon Soon Soon

« Le tatouage doit être assimilé à une pratique artistique en tant que tel et pas juste à de l’artisanat accessible qu’à un certain type de la population. »

à Paris
Décembre 2016

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

* Seedstars World Summit *

* Seedstars World Summit *

« Seedstars World revient le 6 avril à Lausanne avec un concours international de startups, destiné aux marchés émergents. Plus de 65 pays seront représentés. Conférences, démos, rencontres : réservez ici ! »

lire plus

La journée #Freelance

La journée #Freelance

« La Mutinerie Coworking organise la 1ère Freelance Fair, le 16 mars à Paris : un parcours autour des freelances. Au programme : des tables rondes, des ateliers pratiques et une job fair !

»

lire plus

L'innovation au MIPIM

L'innovation au MIPIM

« Découvrez au MIPIM – le marché international des professionnels de l'immobilier – un Innovation Forum incontournable de 1500m2 sur l’immobilier de demain. Du 14 au 17 mars à Cannes, Réservez ici

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Delphine Remy-Boutang Co-fondatrice de "la Journée de la Femme Digitale"

« L’ADN du digital est féminin par la transmission, la créativité, la rapidité. Ces valeurs féminines modifient les façons de travailler en étant plus collaboratif. »

Guillaume Fourdinier Co-fondateur & CEO d'Agricool

« La fraise sans goût et la tomate uniforme pleine d’eau sont une des conséquences d’un rallongement du transport moyen des fruits et légumes en Europe, soit 1 500 km entre le champ et l’assiette. Et cette distance grandit de jour en jour depuis 20 ans. »

Clémentine Chambon Co-fondatrice & CTO d'Oorja

« En Europe, tout le monde est conscient du changement climatique mais on responsabilise les consommateurs – par exemple - sur leur consommation de viande … mais ce n’est pas à chacun de faire son changement.
»

1 2 3

Voir toutes les interviews