Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Sangay Dorji


Membre de la Commission Nationale pour le Bonheur au Bhoutan

27 septembre 2013, LH Forum, Le Havre

Le monde de demain selon eux

« Le monde entier mesure aujourd’hui le développement avec un seul critère : le PIB et la croissance. Je crois que cet indicateur n’est pas suffisant parce qu’il ne prend pas en compte la chose la plus importante : le bonheur.

Sangay Dorji est membre de la Commission Nationale pour le Bonheur au Bhoutan. Dans ce petit pays bouddhiste de moins de 800.000 d’habitants, la notion de bonheur a été élevée au rang de priorité nationale. Nous l’avons rencontré lors du LH Forum au Havre, où il intervenait pour parler de nouveaux modèles de mesure de la performance.

Quelles sont d’après vous les tendances à l’œuvre aujourd’hui et qui font le monde de demain ?

Le monde entier mesure aujourd’hui le développement avec un seul critère : le PIB et la croissance. Je crois que cet indicateur n’est pas suffisant parce qu’il ne prend pas en compte la chose la plus importante : le bonheur. Le but de chaque être humain est d’être heureux. Bien sûr on recherche tous une certaine richesse, mais il ne faut pas oublier les autres éléments qui participent à notre bonheur. Pour cela il faut donc trouver un équilibre harmonieux entre le bien-être matériel et les besoins spirituels, émotionnels et culturels.

Votre pays a donc développé un nouvel indicateur de développement, le "bonheur national brut"…

La notion de bonheur national brut vient des années 70. Notre roi estimait qu’il était important de construire des routes, des écoles et des hôpitaux, mais que si les gens n’étaient pas heureux, alors les objectifs de développement n’étaient pas atteints. Au cours des dernières décennies, nous avons donc établi que la priorité n’était pas d’augmenter les richesses du pays, c’est-à-dire le PIB, mais le bien-être de la population, à travers une mesure inédite : le Bonheur National Brut.

Concrètement, comment mesurez-vous le bonheur national brut.

Nous avons identifié les neuf composantes qui nous paraissent essentielles pour le bonheur. Certaines sont classiques, comme l’éducation, la culture ou le niveau de vie. D’autres sont plus rarement prises en compte par les autres pays : la vitalité de la vie en communauté ou le bien-être psychologique. Nous avons par exemple instauré des plages horaires consacrées à la méditation dans toutes les écoles. Enfin, tous les trois ans, nous menons une grande enquête nationale, afin de mesurer si nos efforts dans chacun de ces domaines portent leurs fruits.

Pensez-vous qu’une telle philosophie de développement pourrait être reprise par d’autres pays ?

Chaque pays pourrait, comme nous l’avons fait, identifier les impératifs pour apporter le bonheur à sa population. De nombreux pays semblent d’ailleurs curieux de notre démarche, comme le Brésil ou la Bolivie. Aujourd’hui l’égoïsme, l’individualisme, l’envie de gagner plus et de produire plus constituent un cycle qui doit s’arrêter car il n’est pas durable.

A un niveau individuel, quel conseil donneriez-vous pour parvenir au bonheur ?

Contrôler ses désirs. La vie est courte et précieuse. Il ne faut pas avoir d’attentes élevées et se contenter de choses simples.





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

France Hureaux & Camille Chanson Equipe fondatrice de Zelip

France Hureaux & Camille Chanson interviewé par Soon Soon Soon

« Être ébéniste est devenu très cool ! Les jeunes veulent être leur propre chef, notamment dans ce secteur. Je pense donc qu’il va y avoir de plus en plus d’artisans. On est arrivés trop loin dans la « ikéaisation », et on a besoin de revenir en arrière ! »

à Ici Montreuil
Fin Janvier 2016

LIRE LA SUITE

Nilufar Khalessi Journaliste, consultante tendances et prospectives

Nilufar Khalessi interviewé par Soon Soon Soon

« L’Iran a été longtemps coupé du monde dans les domaines économiques. Résultat ? Les Iraniens ont développé un système de création, de consommation différente et plus alternatif. La créativité est incroyablement développée, dans tous les domaines. »

à Paris
Janvier 2016

LIRE LA SUITE

Charles-Edouard Vincent Fondateur de Lulu dans ma rue

Charles-Edouard Vincent interviewé par Soon Soon Soon

« À l’heure où les grandes villes souffrent d’anonymat et sont de plus en plus touchées par l’exclusion, il est nécessaire de construire de nouveaux modèles plus inclusifs. »

à Paris
Janvier 2016

LIRE LA SUITE

Gilles Raymond Fondateur de News Republic

Gilles Raymond interviewé par Soon Soon Soon

« Le challenge global d’une organisation média aujourd’hui c’est de passer d'une organisation « content focus » ou « product focus », à une organisation « customer focus ». »

Au Gen Summit à Barcelone
Juin 2015

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Concours de start-ups !

Concours de start-ups !

« Vous avez jusqu'au 20 mars pour inscrire votre start-up à la 2ème édition du concours La Start-up de l'Année organisé par Bonjour Idées. Et empocher un pack d'une valeur de 10.000 euros. Go !»

lire plus

- Merci ! - You're welcome...

- Merci ! - You're welcome...

« Un immense merci à nos amis de Welcome to the Jungle et d'Azerty Jobs pour leur aide dans le recrutement de notre développeur commercial ! Nous rencontrons des tas de gens passionnants, le choix va être dur ! »

lire plus

L'innovation au féminin

L'innovation au féminin

« Parce que le sujet du " féminin " est omniprésent, Soon publie "Girls to the Front", un cahier de 25 innovations pour comprendre les nouvelles conceptions du féminin, à travers ses innovations. Destiné à toutes les industries qui cherchent à comprendre les évolutions du genre ...»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

France Hureaux & Camille Chanson Equipe fondatrice de Zelip

« Être ébéniste est devenu très cool ! Les jeunes veulent être leur propre chef, notamment dans ce secteur. Je pense donc qu’il va y avoir de plus en plus d’artisans. On est arrivés trop loin dans la « ikéaisation », et on a besoin de revenir en arrière ! »

Nilufar Khalessi Journaliste, consultante tendances et prospectives

« L’Iran a été longtemps coupé du monde dans les domaines économiques. Résultat ? Les Iraniens ont développé un système de création, de consommation différente et plus alternatif. La créativité est incroyablement développée, dans tous les domaines. »

Charles-Edouard Vincent Fondateur de Lulu dans ma rue

« À l’heure où les grandes villes souffrent d’anonymat et sont de plus en plus touchées par l’exclusion, il est nécessaire de construire de nouveaux modèles plus inclusifs. »

1 2 3

Voir toutes les interviews