Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Sangay Dorji


Membre de la Commission Nationale pour le Bonheur au Bhoutan

27 septembre 2013, LH Forum, Le Havre

Le monde de demain selon eux

« Le monde entier mesure aujourd’'hui le développement avec un seul critère : le PIB et la croissance. Je crois que cet indicateur n’'est pas suffisant parce qu’'il ne prend pas en compte la chose la plus importante : le bonheur.

Sangay Dorji est membre de la Commission Nationale pour le Bonheur au Bhoutan. Dans ce petit pays bouddhiste de moins de 800.000 habitants, la notion de bonheur a été élevée au rang de priorité nationale. Nous l’'avons rencontré lors du LH Forum au Havre, où il intervenait pour parler de nouveaux modèles de mesure de la performance.

Quelles sont d’'après vous les tendances à l’œ'oeuvre aujourd’hui et qui feront le monde de demain ?

Le monde entier mesure aujourd’hui le développement avec un seul critère : le PIB et la croissance. Je crois que cet indicateur n’'est pas suffisant parce qu’'il ne prend pas en compte la chose la plus importante : le bonheur. Le but de chaque être humain est d’'être heureux. Bien sûr on recherche tous une certaine richesse, mais il ne faut pas oublier les autres éléments qui participent à notre bonheur. Pour cela il faut donc trouver un équilibre harmonieux entre le bien-être matériel et les besoins spirituels, émotionnels et culturels.

Votre pays a donc développé un nouvel indicateur de développement, le "bonheur national brut"…

La notion de bonheur national brut vient des années 70. Notre roi estimait qu’'il était important de construire des routes, des écoles et des hôpitaux, mais que si les gens n’'étaient pas heureux, alors les objectifs de développement n’'étaient pas atteints. Au cours des dernières décennies, nous avons donc établi que la priorité n'’était pas d’'augmenter les richesses du pays, c’'est-à-dire le PIB, mais le bien-être de la population, à travers une mesure inédite : le Bonheur National Brut.

Concrètement, comment mesurez-vous le bonheur national brut ? Nous avons identifié les neuf composantes qui nous paraissent essentielles pour le bonheur. Certaines sont classiques, comme l’'éducation, la culture ou le niveau de vie. D’'autres sont plus rarement prises en compte par les autres pays : la vitalité de la vie en communauté ou le bien-être psychologique. Nous avons par exemple instauré des plages horaires consacrées à la méditation dans toutes les écoles. Enfin, tous les trois ans, nous menons une grande enquête nationale, afin de mesurer si nos efforts dans chacun de ces domaines portent leurs fruits.

Pensez-vous qu’'une telle philosophie de développement pourrait être reprise par d’'autres pays ?

Chaque pays pourrait, comme nous l’'avons fait, identifier les impératifs pour apporter le bonheur à sa population. De nombreux pays semblent d’'ailleurs curieux de notre démarche, comme le Brésil ou la Bolivie. Aujourd’'hui l’'égoïsme, l’'individualisme, l'’envie de gagner plus et de produire plus constituent un cycle qui doit s’arrêter car il n’'est pas durable.

A un niveau individuel, quel conseil donneriez-vous pour parvenir au bonheur ?

Contrôler ses désirs. La vie est courte et précieuse. Il ne faut pas avoir d’'attentes élevées et se contenter de choses simples.





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Delphine Remy-Boutang Co-fondatrice de "la Journée de la Femme Digitale"

Delphine Remy-Boutang interviewé par Soon Soon Soon

« L’ADN du digital est féminin par la transmission, la créativité, la rapidité. Ces valeurs féminines modifient les façons de travailler en étant plus collaboratif. »

à Paris
Février 2017

LIRE LA SUITE

Guillaume Fourdinier Co-fondateur & CEO d'Agricool

Guillaume Fourdinier interviewé par Soon Soon Soon

« La fraise sans goût et la tomate uniforme pleine d’eau sont une des conséquences d’un rallongement du transport moyen des fruits et légumes en Europe, soit 1 500 km entre le champ et l’assiette. Et cette distance grandit de jour en jour depuis 20 ans. »

à Paris
Février 2017

LIRE LA SUITE

Clémentine Chambon Co-fondatrice & CTO d'Oorja

Clémentine Chambon interviewé par Soon Soon Soon

« En Europe, tout le monde est conscient du changement climatique mais on responsabilise les consommateurs – par exemple - sur leur consommation de viande … mais ce n’est pas à chacun de faire son changement.
»

à Paris
Janvier 2017

LIRE LA SUITE

Stephen Boucher CEO de consoGlobe

Stephen Boucher interviewé par Soon Soon Soon

« Les pouvoirs publics doivent devenir la direction « innovation » de nos sociétés. »

à Paris
Janvier 2017

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

* Seedstars World Summit *

* Seedstars World Summit *

« Seedstars World revient le 6 avril à Lausanne avec un concours international de startups, destiné aux marchés émergents. Plus de 65 pays seront représentés. Conférences, démos, rencontres : réservez ici ! »

lire plus

La journée #Freelance

La journée #Freelance

« La Mutinerie Coworking organise la 1ère Freelance Fair, le 16 mars à Paris : un parcours autour des freelances. Au programme : des tables rondes, des ateliers pratiques et une job fair !

»

lire plus

L'innovation au MIPIM

L'innovation au MIPIM

« Découvrez au MIPIM – le marché international des professionnels de l'immobilier – un Innovation Forum incontournable de 1500m2 sur l’immobilier de demain. Du 14 au 17 mars à Cannes, Réservez ici

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Delphine Remy-Boutang Co-fondatrice de "la Journée de la Femme Digitale"

« L’ADN du digital est féminin par la transmission, la créativité, la rapidité. Ces valeurs féminines modifient les façons de travailler en étant plus collaboratif. »

Guillaume Fourdinier Co-fondateur & CEO d'Agricool

« La fraise sans goût et la tomate uniforme pleine d’eau sont une des conséquences d’un rallongement du transport moyen des fruits et légumes en Europe, soit 1 500 km entre le champ et l’assiette. Et cette distance grandit de jour en jour depuis 20 ans. »

Clémentine Chambon Co-fondatrice & CTO d'Oorja

« En Europe, tout le monde est conscient du changement climatique mais on responsabilise les consommateurs – par exemple - sur leur consommation de viande … mais ce n’est pas à chacun de faire son changement.
»

1 2 3

Voir toutes les interviews