Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Minh Man Nguyen


Président du Fab City Grand Paris

Juillet 2018, au WoMa (Paris)

Le monde de demain selon eux

« Le mouvement Fab City permet la mise en relation de villes entre elles pour qu’elles s’échangent des données, modèles et savoirs plutôt que de la matière afin de développer des procédés plus résilients pour fabriquer en ville, fabriquer la ville.

Architecte de formation, Minh Man Nguyen est un touche-à-tout qui semble avoir oublié ce qu’était le temps libre. Il partage son temps entre son activité d’architecte, la gestion du Fab Lab qu’il a co-créé (WoMa) et la présidence du mouvement Fab City Grand Paris. Il a porté avec succès il y a deux ans la candidature de la France pour l’organisation du FAB14 qui commence dans quelques jours… Rencontre avec ce visionnaire de la ville de demain.


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai commencé par des études d’ingénieur puis d’architecte pendant lesquelles j’ai eu l’occasion de voyager au Japon et aux Etats-Unis. Là-bas j’ai commencé à travailler avec des machines à commande numérique : découpeuses laser, fraiseuses CNC, imprimantes 3D… Ca a été une révélation car j’avais accès à beaucoup d’outils que je n’avais pas en France. En 2007 j’ai terminé mon diplôme d’architecte et j’ai rejoint un bureau d’études structure spécialisé en géométrie complexe. À partir de 2010 j’ai commencé à enseigner l’architecture au prisme des outils numériques. En 2011 j’ai co-fondé l’agence d’architecture WAO avec Clément Duroselle. Trois ans plus tard, en 2014, nous avons eu l’opportunité de nous agrandir. Samuel Rémy nous a rejoint et nous avons monté WoMa. Nous sommes alors passés de 35m2 à 200m2 ! Nous avons cherché à optimiser l’espace et l’avons séparé en trois : un atelier, un espace de coworking nomade et un de résidents. Nous avons donc transformé notre modèle pour aller de la conception jusqu’à la fabrication et la mise en œuvre.


En plus de ces activités, vous êtes président de Fab City depuis 1 an et demi, pouvez-vous nous en dire plus ?

En Février 2016, Jean-Louis Missika (adjoint au maire à l’innovation et à l’urbanisme) a lancé le plan « Paris, cité des makers » qui avait pour ambition de créer une cinquantaine de nouveaux Fab Labs dans Paris.
Des voix se sont alors élevées pour consolider ceux qui existaient déjà, comme le WoMa, avant d’envisager d’en ouvrir de nouveaux. C’est dans ce contexte que nous avons commencé à promouvoir le mouvement Fab City en France avec l’aide de Tomas Diez qui l’avait initié à Barcelone en 2014.
Au même moment nous avons lancé la candidature pour organiser la 14ème conférence des Fab Labs et le Fab City Summit.
Toutes ces nouvelles activités nous ont conduit à créer l’association Fab City Grand Paris qui agrège des acteurs de l’économie circulaire appliquée à la ville. Aujourd’hui, nous regroupons une trentaine de membres et sympathisants autour de la ville productive et des réflexions qui y sont liées.


Après l’émergence de ce mouvement, où en est-on aujourd’hui ?

Il y a de plus en plus d’acteurs de la fab dont Techshop qui s’est installé à Ivry, à Lille, Station F… C’est un acteur complémentaire qui rend accessible les outils au plus grand nombre. Le WoMa est plutôt centré sur une cible professionnelle. Ils viennent en sachant ce qu’ils veulent faire et en prenant le temps de le développer, ils sont là sur du long terme. Nous avons aussi développé une offre « Open Lab » où l’atelier est ouvert le soir et le week-end quand l’espace n’est pas utilisé. C’est un équilibre important : un côté business pour que cela fonctionne et un autre plus « open » pour élargir et partager auprès de personnes qui basculerons peut-être dans la partie professionnelle.
Les acteurs qui constituent le mouvement Fab City ont déjà fait leur preuve. Tous existent depuis plusieurs années et participent ou développent des approches sur l’économie circulaire. Le mouvement Fab City s’inscrit dans cette continuité.


Le Fab City Summit commence mercredi, pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons porté la candidature à Shenzhen il y a 2 ans lors du FAB12 avec le réseau français des Fab Labs et Artilect (premier fab lab français basé à Toulouse) pour proposer un événement national qui commence à Paris, sera distribué dans toute la France et prendra fin à Toulouse.
L’objectif est de mettre en lumière les réseaux d’acteurs du « faire » au niveau francilien, national et international. Nous allons les réunir pendant plus de 2 semaines avec une répartition des sujets : Paris accueille tout ce qui porte sur la ville productive et auto-suffisante tandis que Toulouse se focalise sur des thématiques liées à l’industrie et l’innovation.

La première journée sur invitation, se déroulera le 11 juillet à l’Hôtel de Ville avec une réflexion stratégique menée par des institutionnels, industriels et experts. C’est un tryptique très important où chacun a besoin des autres : l’institutionnel a la capacité de réglementer, l’industriel a les moyens financiers et de changement d’échelle et les experts (makers et citoyens) ont la capacité d’initier et de diffuser.

Le deuxième jour, qui est payant, à la grande Halle de La Villette est dédié à des conférences inspirantes où une vingtaine de speakers prendront la parole. Il y aura entre autres Saskia Sassen, Philippe Madec (le manifeste de la frugalité heureuse), Neil Gershenfeld (directeur du centre « Bits and Atoms » au MIT), Rory Aronson (créateur de FarmBot) ou encore Dave Hakkens (créateur de Precious Plastic). En somme, beaucoup de personnes intéressantes qui ont un impact sur la société et avec des profils variés : économistes, artistes, architectes, urbanistes, sociologues…
Le troisième jour sera lui l’occasion d’échanger en petits groupes pour renforcer les réseaux francilien, national et international.

Enfin, à partir du 14 juillet, le Fab City Campus s’installe au parc de La Villette pendant une dizaine de jours. Il y aura des démonstrateurs organisés par filières : plastiques, textile, bois, ressources énergétiques, électroniques… L’idée est de communier avec le grand public et lui faire découvrir les initiatives existantes.

En parallèle il y aura également le FabDistributed dans toute la France les 14 et 15 juillet puis le FAB14 à Toulouse du 16 au 22 juillet.


Quels sont les enjeux de ce FAB14 ?

Du côté des Fab Conférences : le réseau, la mise en partage, les rencontres… C’est capital, c’est l’humain qui drive tout cela.
Le Fab City Summit a pour objectif de renforcer le réseau francilien et de lancer la Fab City Foundation qui a pour ambition de structurer un véhicule plus collectif et de partager davantage les connaissances. Prendre un modèle pour l’appliquer ailleurs ne peut à priori pas fonctionner. Mais en théorisant ce modèle on peut être capable de comprendre et savoir ce qui peut fonctionner ou non.
Le mouvement Fab City permet la mise en relation de villes entre elles pour qu’elles s’échangent des données, modèles et savoirs plutôt que de la matière afin de développer des procédés qu’elles deviennent plus résilientes pour fabriquer en ville, fabriquer la ville.


Quelles sont les trois grandes tendances du monde de demain ?

La première tendance que je vois, même si elle n’est pas nouvelle, c’est l’influence qu’ont les Fab Labs sur les façons de produire et consommer. L’économie circulaire, plus qu’une tendance est une nécessité. À ce sujet la fête de la récup’ et le Festival Zero Waste qui ont eu lieu le mois dernier sont des initiatives qui vont dans le même sens que notre démarche et réciproquement.
Je vois par ailleurs un vrai changement sociétal lié à la blockchain dans la gestion et la gouvernance… qui sera accompagné aussi par les intelligences artificielles.
Je crois aussi au modèle Low Tech, peut être moins « clinquant » mais qui a sa raison d’être. L’automatisation à outrance ne sera pas toujours la solution.


Quel a été votre dernier effet « wahou » ?

À Taïwan, Miniwiz est une usine d’économie circulaire qui existe depuis plusieurs années et que je viens de découvrir. En la voyant je me suis dit que c’était typiquement un modèle à importer, ils sont tellement en avance !


Pour en savoir plus sur FAB14+ et le Fab City Summit, c’est par ici : www.summit.fabcity.paris

Il y a 4 ans, nous avions déjà interviewé Minh dans le cadre de la création du WOMA, retrouvez cettre rencontre ici.





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

Louise Joly interviewé par Soon Soon Soon

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Antoine Allard Directeur de la communication de Cap Digital

Antoine Allard interviewé par Soon Soon Soon

« À partir du moment où nous arrêtons de rêver le futur, nous devenons incapables de penser une destination et de nous forger un destin. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Adrien Vaissade Co-fondateur et CEO de Cleed

Adrien Vaissade interviewé par Soon Soon Soon

« Nous souhaitons mettre la technologie au service de l’humain dans le shopping de mode en ligne, pour une expérience totalement réinventée grâce à la personnalisation du contenu. »

à Paris
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Rym Trabelsi & Marguerite Dorangeon Co-fondatrices de Clothparency

Rym Trabelsi  & Marguerite Dorangeon interviewé par Soon Soon Soon

« Ce qui manque à ce secteur c’est une information qui permette au consommateur de bien choisir ses vêtements et donc inciter les marques à faire mieux. »

à Paris
Octobre 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

TEDxCelsa

TEDxCelsa

« Il est temps ! C'est sur ce thème que six speakers viendront partager avec vous leurs expériences lors de la 4ème édition du TEDxCelsa qui aura lieu le mercredi 14 novembre prochain...»

lire plus

Fashion Tech Days 2018

Fashion Tech Days 2018

« L'événement BtoB mode et tech revient pour une 4ème édition les lundi 29 et mardi 30 octobre ! Cette année, les professionnels de la mode et du textile se rassembleront autour du thème "Micro & Macro"...»

lire plus

Festival des nouvelles explorations

Festival des nouvelles explorations

« Artificielle, humaine, collective ou encore imaginaire… Toutes les intelligences seront au cœur du Festival des Nouvelles Explorations qui a lieu à Royan du 3 au 7 octobre !»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

Antoine Allard Directeur de la communication de Cap Digital

« À partir du moment où nous arrêtons de rêver le futur, nous devenons incapables de penser une destination et de nous forger un destin. »

Adrien Vaissade Co-fondateur et CEO de Cleed

« Nous souhaitons mettre la technologie au service de l’humain dans le shopping de mode en ligne, pour une expérience totalement réinventée grâce à la personnalisation du contenu. »

1 2 3

Voir toutes les interviews