Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Maxime Lelong


Fondateur & rédacteur en chef de "8e étage"

Février 2017, à Paris

Le monde de demain selon eux

« Le principal atout du journalisme pour une démocratie éclairée, c’est le pluralisme d’idées. Il faut s’informer le plus possible et dans tous les médias imaginables.

Rappelez-vous, il y a quelques semaines, on vous a parlé "slow media". Vous vous en souvenez ? Ce sont ces nouveaux médias qui veulent redonner volontairement du temps à l'information traitée. À ce titre, on a rencontré Maxime Lelong - fondateur du 8e étage - un média en ligne qui choisit de parler uniquement de l'info non-traitée par les médias traditionnels. Le futur du journalisme ?


Qu’est-ce qui t’a amené à créer 8e étage ?

La volonté première de monter un site d’information différent parce qu’on n’était pas totalement d’accord avec la façon de travailler dans les rédactions dans lesquelles on avait précédemment travaillé.
On est également parti d’un autre constat, c’est de se dire qu’il est très difficile de concurrencer les médias traditionnels dans le traitement de l’actualité. Il faut énormément de moyens et on ne les a pas et on ne les aura peut-être jamais. Le journalisme, ce n’est pas uniquement de l’actualité. En tant que jeunes journalistes, nous avons tous connus des rédacteurs en chef auxquels on a présenté des sujets qui pouvaient les intéresser mais jugés non-adaptés pour les lecteurs. Nous sommes journalistes mais avant tout des lecteurs, nous cherchons des sujets que l’on ne voit nulle part. C’est pourquoi nous avons fait le choix de laisser l’actualité aux autres pour aller traiter l’information délaissée.

Comment peut-on faire pour encourager le journalisme de qualité aujourd’hui ?

Le principal atout du journalisme pour une démocratie éclairée, c’est le pluralisme d’idées. Il faut s’informer le plus possible et dans tous les médias imaginables. Il est également nécessaire de connaître la source de diffusion. Prenons l’exemple de Youtube où il y a de plus en plus de personnes qui traitent de l’actualité. Il faut savoir distinguer le militantisme du journalisme d’observation. Le problème, c’est que le lecteur reproche aux journaux qu’ils lisent d’être trop neutres et de ne pas les intéresser car ils ne partagent son opinion. Le rôle du journaliste n’est pas de donner son avis mais d’être un vecteur d’informations. C’est par exemple, très intéressant de voir le Vlog d’un végétarien sur l’abattage et la production de viande mais ce n’est pas du travail journalistique dans le sens où l’avis de ce vlogeur sur la question est biaisé…Je suis persuadé que le buzz a pratiquement fait son temps. Les gens en ont assez d’être dupés pour être amenés à cliquer et d’ouvrir des publicités. Quand on fait des titres racoleurs, on fait ce qu’on appelle vulgairement du contenu « pute à clics ». Effectivement, cela attire beaucoup de monde mais l’audience est de mauvaise qualité et repart frustrée par l’expérience. Ces gens finiront par blacklister ces sites. C’est donc une stratégie à très court terme. On ne peut pas monter un modèle économique pérenne en agissant ainsi !

Selon toi, est-ce que le journal tangible est voué à disparaître ?

Pour moi, la presse quotidienne nationale (PQN) est vouée à disparaître rapidement comme la presse quotidienne régionale (PQR) à moyen terme. Il existe de nombreuses possibilités pour que la presse quotidienne nationale puisse évoluer et s’adapter. Le seul endroit où l’AFP (Agence France Presse) a du mal à aller, c’est dans les petites campagnes. Pourtant, les gens veulent savoir ce qu’il s’y passe. Le journalisme de proximité est un travail que les agences de presse ont du mal à faire . Ouest France , avec La Montagne , est l’une des seules PQR à être rentable. Leur rédaction a décidé de recruter un youtubeur pour parler de l’actualité dans l’Ouest sur la plateforme. Je trouve ça génial ! Enfin un acteur de la PQR a compris que les réseaux sociaux n’étaient pas leurs ennemis. Beaucoup pensent encore que ces réseaux sont une bulle qui va éclater. Je suis persuadé que Facebook va durer des dizaines d’années et il y en aura d’autres. Il est temps pour la presse de venir investir les réseaux sociaux et de bien le faire.

Quels sont les apports du digital pour le journalisme hors l’absence de coût du papier ?

Pour moi, l’objectif du journalisme c’est faire du récit. En école de journalisme, on t’apprend à faire une ligne = une info. Nous, on souhaite raconter des histoires même si elle fait 6 000 ou 7 000 signes de plus. L’innovation n’est pas forcément dans le format, on peut écrire de très belles histoires de manière courte. L’important, c’est la force du récit. Cela correspond aussi à notre utilisation : les productions du divertissement qui explosent en ce moment, ce sont les séries télé. Je suis persuadé qu’il faudrait faire de même avec des reportages vidéo. Vice, par exemple, avait fait un reportage intitulé « Nous avons rencontré le vrai Walter White » : il avait été vraiment atteint d’un cancer, vécu de la drogue et tout donné à sa famille. On aime tous les histoires tout comme les anecdotes incroyables de nos amis.

Quelle innovation t’a le plus marqué dernièrement ?

J’ai une amie qui a monté une entreprise de vêtements pour des personnes en situation d’handicap. En lien, j’avais trouvé la cuillère LiftLabs qui dispose d’un auto-stabilisateur pour les gens atteints de tremblements de la main.


Envie de découvrir les articles de 8e étage ? C'est par ici !









Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Titouan Goenvec Co-fondateur de Peligourmet

Titouan Goenvec  interviewé par Soon Soon Soon

« Le transport représente 40% du prix de vente des produits. Nous avons donc décidé de proposer aux producteurs et aux citadins de mutualiser leurs trajets pour faire venir les produits à des prix abordables. »

à Paris
juin 2018

LIRE LA SUITE

Camille Pène Directrice de FUTUR.E.S

Camille Pène interviewé par Soon Soon Soon

« C’est important de permettre aux visiteurs de pouvoir rencontrer les concepteurs et tester le produit ou service […] je comprends beaucoup mieux la technologie et son potentiel si je teste et discute des implications que cela a avec son concepteur »

à Paris
Juin 2018

LIRE LA SUITE

Julia Mourri & Clément Boxebeld Co-fondateurs de Oldyssey

Julia Mourri & Clément Boxebeld interviewé par Soon Soon Soon

« Dans la rue toutes les générations se mêlent très naturellement. Jeunes, vieux, très vieux sont dans la rue, sortent en famille, font la fête jusqu’au bout de la nuit. »

à Paris (via Skype)
Mai 2018

LIRE LA SUITE

Martin Besson Fondateur de "Sans A_"

Martin Besson interviewé par Soon Soon Soon

« Les personnes sans abri ne sont pas uniquement sans abri, elles sont aussi d’autres choses. Et si avant de s’occuper de la question de l’abri il ne fallait pas s’occuper de cela ? »

à Paris
Mai 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

UP FEST

UP FEST

« Le festival dédié aux innovations positives de demain revient pour une 4ème édition intitulée "Audace es-tu là ?" à la Bellevilloise le samedi 23 juin !»

lire plus

Jour des projets

Jour des projets

« Imagination, audace et innovation seront au rendez-vous ce jeudi 21 juin à l'ESIEE Paris ! 300 étudiants seront mobilisés pour présenter au grand public leur savoir-faire à travers 100 projets.»

lire plus

FUTUR.E.S in Paris

FUTUR.E.S in Paris

« Rendez-vous à La Villette du 21 au 23 juin pour la 9ème édition de FUTUR.E.S in Paris (ex Futur en Seine) !»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Titouan Goenvec Co-fondateur de Peligourmet

« Le transport représente 40% du prix de vente des produits. Nous avons donc décidé de proposer aux producteurs et aux citadins de mutualiser leurs trajets pour faire venir les produits à des prix abordables. »

Camille Pène Directrice de FUTUR.E.S

« C’est important de permettre aux visiteurs de pouvoir rencontrer les concepteurs et tester le produit ou service […] je comprends beaucoup mieux la technologie et son potentiel si je teste et discute des implications que cela a avec son concepteur »

Julia Mourri & Clément Boxebeld Co-fondateurs de Oldyssey

« Dans la rue toutes les générations se mêlent très naturellement. Jeunes, vieux, très vieux sont dans la rue, sortent en famille, font la fête jusqu’au bout de la nuit. »

1 2 3

Voir toutes les interviews