Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Léa Thomassin


Co-fondatrice & directrice générale d'HelloAsso

Décembre 2016, à Paris

Le monde de demain selon eux

« Les outils numériques ont renforcé considérablement les pouvoirs des individus alors qu’en parallèle une quête de sens à travers l’association et le collectif est à l’oeuvre.

Léa Thomassin est la co-fondatrice d'HelloAsso, une plateforme de crowdfunding gratuite à destination des associations. Elle est aussi à l'initiative de la Social Good Week, la semaine dédiée au web social et solidaire. Rencontrée à l'occasion de sa prochaine intervention aux Napoléons, Léa nous a parlé du futur du pouvoir...



HelloAsso, qu’est-ce que c’est ?

HelloAsso c’est une boîte à outils de collecte pensée pour les associations. Idéal pour gérer ses adhésions, créer des billetteries pour les événements, collecter des dons et lancer des campagnes de crowdfunding gratuitement sans prendre de commission. Quelques années après sa création en 2009, nous sommes maintenant une équipe de 15, tous mobilisés pour aider les associations à utiliser le numérique et nos outils pour faire grandir leurs projets. A date, nous comptons 20 000 associations inscrites et plus de 30 millions d’euros collectés sur la plateforme.

Selon toi, quels moyens pourrait-on mettre en place pour booster les projets associatifs ?

Nous sommes convaincus qu’il ne faut pas seulement faire du numérique « pour » mais faire « avec ». Il y a un réel besoin d’être entouré, accompagné dans la mise en place de sa campagne de financement participatif. Nous avons donc une équipe chargée de l’accompagnement des associations : de la prise en main technique à la structuration de la campagne.

Cette année, nous sommes d’ailleurs allés plus loin sur le sujet en créant le premier MOOC sur le crowdfunding en France : la HelloAsso Académie. Plusieurs heures de formation, gratuites, permettent de monter en compétence sur la mobilisation en ligne, la collecte de fonds et le financement participatif.
Loin de vouloir ubériser l’écosystème qui accompagne les associations partout sur le territoire, l’idée de ce programme est de transférer notre savoir-faire aux acteurs qui conseillent et accompagnent les associations (grands réseaux, fédérations, collectivités, consultants, etc.) et d’opérer une montée en compétence globale, collective et qui profite à tous.

Quelle est la particularité de votre plateforme par rapport aux autres sites de mise en relation ?

Nous nous adressons spécifiquement aux associations et aux organismes à but non lucratif. Nous proposons également plus que du financement participatif : une gamme d’outils adaptés aux besoins des associations en matière de collecte et de financement.
Enfin, nous reposons sur un modèle intégralement gratuit sans appliquer de commissions à nos utilisateurs. Nous avons fait dès le début d’Hello Asso, le choix d’un modèle alternatif et participatif : nous vivons grâce aux pourboires optionnels et volontaires que nous laissent les contributeurs au moment de leur paiement. Nous avons en quelques sorte indexé notre modèle sur le financement participatif en comptant sur la co-construction, la participation libre et l’engagement d’une communauté qui se retrouve dans ce genre d’initiative numérique, mais surtout sociale et solidaire.

Tu interviens en janvier prochain aux Napoléons 2017, qu’attends-tu de cette participation ?

Des rencontres, de l’inspiration et des nouvelles idées ! Je suis ravie de participer à cette édition et d’aborder la question des nouveaux pouvoirs. Les outils numériques ont renforcé considérablement les pouvoirs des individus alors qu’en parallèle une quête de sens à travers l’association et le collectif est à l’œuvre. C’est un changement de paradigme fort, nous en sommes qu’aux balbutiements de ces nouvelles formes d’organisation, qui replace l’humain au centre.

Nous avons par exemple mis en place l’Holacratie chez HelloAsso, sujet sur lequel j’interviendrai aux Napoléons (NDLR, l'événement qui réunit les acteurs de la communication) afin de distribuer le pouvoir et les responsabilités dans l’organisation. Ce système permet d’autonomiser chacun. Il facilite aussi la prise de décision en cassant le modèle traditionnel du top down : « Et si HelloAsso était ma start-up, que ferais-je sur ce sujet ? » : ça change considérablement la manière d’aborder le travail.

Quelles sont les trois tendances majeures actuelles qui pourront faire le monde de demain selon toi ?

La collaboration décentralisée : très développée dans le milieu du développement informatique, via des outils comme Github. Cela permet une véritable co-construction des logiciels sans chef et sans autorité. Ces modes d’organisation commencent à se développer dans d’autres domaines, c’est une manière de renverser complétement la façon dont sont prises les décisions.

Il y a aussi des usages à développer en réalité virtuelle pour les associations et les ONG car c’est un outil puissant pour se mettre en situation et donc susciter de l’empathie. Plusieurs initiatives ont utilisé la réalité virtuelle pour que n’importe quel citoyen puisse - par exemple - voir un camp de réfugiés ou fasse la traversée de la méditerranée dans une embarcation de fortune. ça reste virtuel mais le pouvoir de l’image est là, immersif à 200%.

Enfin l’accès à l’éducation, à la formation et à l’information de qualité, il me semble que de plus en plus de projets naissent pour former aux nouveaux usages, langages et codes d’Internet et des sujets auquel il touche. La profusion de MOOC est à mon sens une excellente nouvelle. Ils rendent le savoir accessible à tous, peu importe là où on se trouve et son emploi du temps. Internet doit aussi servir à ajouter des cordes à son arc, un outil au service du développement personnel et de l’intelligence collective.

Quelle est l’idée ou l’innovation qui t'a fait un effet « whaouh » récemment ?

Pas une idée, un hashtag (#). Le soir des attentats à Paris en novembre 2015 dernier, le #PorteOuverte m’a marqué, des citoyens proposaient d’accueillir des inconnus qui fuyaient l’horreur ! Et plus globalement l’engagement et l’entraide qui se propagent grâce aux réseaux sociaux, cela ouvre à mon sens des perspectives d’espoir…

Le #PorteOuverte montre que les réseaux sociaux sont ce que l’on en fait : abjectes lorsqu’on s’abaisse, solidaires lorsqu’on l’est. Plus qu’une idée, c’est un mouvement, celui de l’engagement citoyen que le numérique facilite. Pétitions en lignes, plateformes qui facilitent le bénévolat, la collaboration, la collecte de fonds, logiciels libres… Les terrains de jeu ne manquent pas, et il faut s’en saisir dès maintenant !

Envie d'en savoir plus sur le programme des Napoléons (du 11 au 14 janvier) et l'intervention de Léa Thomassin ? C'est ici que ça se passe !







Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Elliot Lepers Designer & activiste

Elliot Lepers interviewé par Soon Soon Soon

« Aujourd’hui, la création doit avoir un sens pour interagir avec les urgences actuelles [...]. Tout cela doit passer par une réinvention des canaux politiques traditionnels. »

à Paris
Mars 2017

LIRE LA SUITE

Maxime Lelong Fondateur & rédacteur en chef de "8e étage"

Maxime Lelong interviewé par Soon Soon Soon

« Le principal atout du journalisme pour une démocratie éclairée, c’est le pluralisme d’idées. Il faut s’informer le plus possible et dans tous les médias imaginables. »

à Paris
Février 2017

LIRE LA SUITE

Delphine Remy-Boutang Co-fondatrice de "la Journée de la Femme Digitale"

Delphine Remy-Boutang interviewé par Soon Soon Soon

« L’ADN du digital est féminin par la transmission, la créativité, la rapidité. Ces valeurs féminines modifient les façons de travailler en étant plus collaboratif. »

à Paris
Février 2017

LIRE LA SUITE

Guillaume Fourdinier Co-fondateur & CEO d'Agricool

Guillaume Fourdinier interviewé par Soon Soon Soon

« La fraise sans goût et la tomate uniforme pleine d’eau sont une des conséquences d’un rallongement du transport moyen des fruits et légumes en Europe, soit 1 500 km entre le champ et l’assiette. Et cette distance grandit de jour en jour depuis 20 ans. »

à Paris
Février 2017

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

La fin du travail ?

La fin du travail ?

« La 10e édition de la Biennale Internationale Design Saint-Etienne, c'est jusqu'au 9 avril. Le thème de cette année : "les mutations du travail". On y était et on a adoré. »

lire plus

Filmez "Green"

Filmez "Green"

« Vous avez un film, un spot publicitaire ou un documentaire "Green" à montrer au grand public ? Le festival Deauville Green Awards qui aura lieu du 27 au 28 juin 2017, vous propose d'inscrire vos belles idées avant fin mars ici !
»

lire plus

En immersion

En immersion

« Audible vient de lancer la première série audio immersive, autour d'un épisode inédit d'Alien. C'est comme écouter un film, avec des voix d'acteurs et des bruitages issus des films. Un genre nouveau, entre l'audiobook et le film audio. Totalement bluffant ! »

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Elliot Lepers Designer & activiste

« Aujourd’hui, la création doit avoir un sens pour interagir avec les urgences actuelles [...]. Tout cela doit passer par une réinvention des canaux politiques traditionnels. »

Maxime Lelong Fondateur & rédacteur en chef de "8e étage"

« Le principal atout du journalisme pour une démocratie éclairée, c’est le pluralisme d’idées. Il faut s’informer le plus possible et dans tous les médias imaginables. »

Delphine Remy-Boutang Co-fondatrice de "la Journée de la Femme Digitale"

« L’ADN du digital est féminin par la transmission, la créativité, la rapidité. Ces valeurs féminines modifient les façons de travailler en étant plus collaboratif. »

1 2 3

Voir toutes les interviews