Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Clément Bonhomme


Cofondateur de Foodles

Mars 2016, Paris

Le monde de demain selon eux

« Je pense que de nombreux « restaurants » virtuels vont bientôt émerger. Ils se consacreront uniquement à la confection de plats pensés pour la livraison, qui seront distribués par les logisticiens du marché.

Clément Bonhomme est le cofondateur, avec Michael Ormancey et Paul Tsnobiladzé de Foodles. Cette startup installe des cafétérias autonomes et clé en main en entreprise dont elle pilote et personnalise les ravitaillements grâce au big data. Elle compte aujourd’hui 35 entreprises clientes dont certaines startups françaises (SNIPS, Algolia…). Expert en foodtech, il nous livre sa vision de ce qui arrivera dès demain dans nos assiettes...

Mais qu’est-ce qui se passe avec Take It Easy, Deliveroo, Foodora & Co ?! Pouvez-vous nous expliquer pourquoi on voit leurs livreurs partout dans les grandes villes désormais ?

Ces entreprises représentent la deuxième génération de startups dans la « food delivery ». La première étant constituée des modèles portés par des entreprises comme Just Eat ou AlloResto, qui ne faisaient « que » le lien entre des restaurateurs qui possédaient déjà des livreurs d’une part, et des consommateurs d’autre part…
Il y a un an et demi, Take Eat Easy et Deliveroo, arrivés à maturité sur leurs marchés respectifs (la Belgique et le Royaume-Uni), ont commencé à lever des fonds pour s’internationaliser. Foodora, quant à elle, est l’émanation de Rocket Internet qui est un acteur historique du « food delivery ».
L’innovation apportée par ces trois startups a été de mettre en place une force logistique (des livreurs freelances payés à la course !) permettant de livrer directement depuis des restaurants qui ne possèdent pas de livreurs. Cela a ouvert le marché à des acteurs plus qualitatifs, jusque là absents, qui ont contribué au succès de cette offre.

Est-ce qu’il y a une troisième génération de startups delivery ?

Oui ! Les startups delivery de troisième génération sont celles qui fabriquent et livrent elles-mêmes des plats à moins de 10€. Ce secteur a connu un vrai succès aux Etats-Unis (avec Munchery notamment), mais en Europe le bilan est plus mitigé : Eat First (lancé par Rocket Internet au Royaume-Uni et en Allemagne) semble peiner à décoller…
En France, nous avons la chance d’avoir des acteurs qui révolutionnent ce domaine : quand on voit la qualité des plats de FoodChérie ou de Frichti (pour des plats à 10€) on se dit que le prochain champion européen - voire mondial ? - sera peut-être français ! A la différence des startups de première et deuxième génération, cette troisième génération doit se différencier en premier lieu sur la qualité des plats produits, et non plus seulement sur un savoir-faire logistique. Et soyons un peu chauvin : je vois mal une startup allemande être meilleure que nous dans ce domaine ! Toutefois, ce modèle est beaucoup plus difficile à « scaler » [rendre duplicable avec un levier de croissance important, ndlr] et il reste de nombreux doutes quant à la viabilité même de leur business modèle.
Enfin, un acteur fait tranquillement son trou : UberEats. Il bénéficie de la force de frappe et du savoir-faire logistique de sa maison mère pour proposer un service difficilement réplicable par les autres concurrents : la livraison en 10 minutes chrono de plats de restaurants pour 10€ !

Quels ont été les facteurs qui permettent tant d’innovation dans le domaine de l’alimentation ?

Le premier facteur : l’impératif de réduction des coûts. Je pense par exemple à Blendbow qui a créé une machine qui fabrique des cocktails et remplace donc potentiellement le barman…
Ensuite, le désir de démocratisation de la bonne nourriture joue beaucoup, et il va de pair avec la diversification de l’offre. Des plateformes comme La Ruche qui dit Oui permettent ainsi aujourd’hui une mise en relation sans intermédiaire entre producteurs et consommateurs locaux. C’est un exemple de démocratisation.
Enfin, des startups innovent dans la recherche, en lançant des nouveaux procédés de production. A l’image de d’Ynsect qui utilise des matières organiques pour nourrir et élever des insectes qui servent eux même à produire de la farine pour le bétail avec un impact écologique très faible.

Quelles sont les tendances à l’œuvre dans le secteur de la foodtech ?

Tout d’abord l’automatisation de certains processus permise par la robotisation. Cette automatisation va encore plus démocratiser l’offre disponible. Par exemple, l’entreprise dont je suis le cofondateur, Foodles, permet à une entreprise de bénéficier d’une cantine avec des produits qualitatifs disponibles 24h/24 7j/7j pour quatre fois moins cher que la concurrence. Grâce à un système connecté automatisable.
Le traitement des données et feedbacks clients va également permettre une plus grande personnalisation de l’offre et une plus grande réactivité des acteurs. Toujours dans le cas de Foodles, notre système analyse les feedbacks clients, les consommations ainsi que nos contraintes de stocks afin de suggérer automatiquement des réassorts personnalisés par entreprise.
Enfin, je pense que de nombreux « restaurants » virtuels (qui n’ont pas de point de vente physique en direct) vont bientôt émerger. Ils se consacreront uniquement à la confection de plats pensés pour la livraison, qui seront distribués par les logisticiens du marché (c’est-à-dire les Deliveroo et UberEats). L’enjeu pour ces enseignes à l’heure actuelle est de créer une marque forte et d’acquérir des utilisateurs (via leur appli) en fidélisant leur clientèle. Je pense que d’ici 1 à 2 ans il n’y aura pas 5 mais 50 « restaurants » de ce type qui se battront à coup de Facebook Ads pour gagner de nouveaux utilisateurs. Il sera donc beaucoup plus difficile de se faire une place !

Vous parlez de restaurants virtuels… Est-ce que l’irruption des nouvelles technologies est en train de mener à la disparition des restaurants physiques ?

Je ne le pense pas. Pour le moment les bons restaurants bénéficient largement des services de livraison car ils leur permettent parfois de doubler voir tripler leur chiffre d’affaire. Il y a même des restaurateurs qui redimensionnent leurs cuisines afin d’augmenter leur capacité de production.
Néanmoins, s’il est vrai que de plus en plus de gens aiment se faire livrer à domicile, le fait d’aller dans un restaurant reste un moment unique qui n’obéit pas aux mêmes motivations qu’une livraison à domicile.Tout comme l’invention de la télévision n’a pas tué le cinéma mais a contribué à enrichir l’offre, l’offre de restauration profite de l’émergence des services de livraison. Un même processus est à l’oeuvre. On est moins dans la découverte que dans le prolongement de l’expérience des initiés.
Dernier point, la livraison a ses limites : de nombreux chefs ne veulent pas que leurs plats soient livrés car cela dégrade l’expérience. Ainsi, les restaurateurs étoilés n’ont pas grand chose à craindre de ces services de livraison, qui restent concentrés dans 95% des cas sur des concepts de « fast-food qualitatif ».

Quel a été votre dernier effet « wahou » ?

C’était un whaou culinaire « foodtech » ! Une commande sur Foodchérie, « thon aller-retour, riz » en Février: pour 10€, j’ai mangé un steak de thon bon comme je n’en avais jamais goûté. Le tout livré en 15 minutes. Belle perf’ !







Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Paula Peters Vice-présidente de Change.org

Paula Peters interviewé par Soon Soon Soon

« Les élus échangent plus qu’auparavant avec les citoyens à travers des plateformes comme Change.org mais ce n’est pas encore généralisé car ils n’ont pas pris la mesure du pouvoir qu’elles ont. »

au Web Summit (Lisbonne)
Décembre 2018

LIRE LA SUITE

David Nihill Auteur, conférencier et entrepreneur

David Nihill interviewé par Soon Soon Soon

« Les keynotes à la Apple sont mortes. Personne ne veut écouter quelqu’un parler pendant 45 minutes. »

au Web Summit (Lisbonne)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

Louise Joly interviewé par Soon Soon Soon

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Antoine Allard Directeur de la communication de Cap Digital

Antoine Allard interviewé par Soon Soon Soon

« À partir du moment où nous arrêtons de rêver le futur, nous devenons incapables de penser une destination et de nous forger un destin. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Debout Citoyennes !

Debout Citoyennes !

« Elles sont écrivaines, femmes politiques, chercheuses, dirigeantes, conteuses, militantes... Elles sont engagées au service d'un monde meilleur. Elles sont 12 et elles seront sur la scène du théâtre Le République le mercredi 12 décembre pour vous inspirer.»

lire plus

Innovators Under 35

Innovators Under 35

« Le MIT Technology Review vous donne rendez-vous à la station F le mardi 4 décembre à partir de 9h pour rencontrer et écouter les 35 innovateurs de moins de 35 ans qui participent à la construction du monde de demain...»

lire plus

TEDxCelsa

TEDxCelsa

« Il est temps ! C'est sur ce thème que six speakers viendront partager avec vous leurs expériences lors de la 4ème édition du TEDxCelsa qui aura lieu le mercredi 14 novembre prochain...»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Paula Peters Vice-présidente de Change.org

« Les élus échangent plus qu’auparavant avec les citoyens à travers des plateformes comme Change.org mais ce n’est pas encore généralisé car ils n’ont pas pris la mesure du pouvoir qu’elles ont. »

David Nihill Auteur, conférencier et entrepreneur

« Les keynotes à la Apple sont mortes. Personne ne veut écouter quelqu’un parler pendant 45 minutes. »

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

1 2 3

Voir toutes les interviews