Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Caleb Harper


Directeur du citiFarm au Media lab du MIT

Octobre 2016, au Hello Tomorrow Global Summit, à Paris

Le monde de demain selon eux

« Grâce à ce food-computing, il sera possible d’alimenter 30% d’une ville en faisant pousser des fruits et des légumes à l'intérieur de celle-ci. Et en se basant sur cette nouvelle façon de cultiver, au-delà de la nourriture produite, on pourra également créer de l’emploi.

Caleb Harper est le directeur d'Open-Ag, un site open source dédié à l'agriculture du futur et dirigé par des équipes de recherche du MIT. Il travaille avec des ingénieurs, des architectes et des économistes au développement d'une agriculture urbaine novatrice et green. Nous l'avons rencontré à la dernière édition du Hello Tomorrow Global Summit où nous l'avons interrogé sur le futur de l'agriculture. Notre système alimentaire dépendra-t-il d'un ordinateur ?

Qu'est-ce que le projet d'Open Agriculture ?


Le projet Open Agriculture (OpenAg) est un laboratoire de recherche "anti-disciplinaire", initié par le MIT Media Lab. On y retrouve des chimistes, des ingénieurs-agronomes, des architectes, des urbanistes ou encore des économistes. En tant que directeur du projet, le problème que j’essaie de résoudre est le suivant : comment faire en sorte qu’il y ait plus de fermiers à l’avenir ? Et pour répondre à cela, notre groupe a deux principaux domaines de recherche : d'un côté, nous travaillons sur le food computing personnel (basé sur de l’open source hardware et software) ; et de l’autre nous explorons l’open data.
Tout le monde peut donc en profiter : les gens du monde entier peuvent télécharger nos logiciels sur notre site open source afin de créer leur propre food computing. Ils peuvent également y partager leur expérience, exprimer ce qui ne fonctionne pas ou dire ce qu’ils ont fait pousser et pourquoi. Nous interagissons donc aujourd'hui au sein d’une communauté sur le net.

Peut-on dire que l’agriculture rejoint progressivement l’économie connectée ? Comment ces food computers personnels vont-ils fonctionner ?

Il est encore un peu tôt pour envisager un avènement de l’agriculture technologique (AgTech), notamment à domicile. Nos petites pépinières-maison ne vont pas créer grand-chose, soyons honnêtes... Elles vont seulement produire des petites cultures vivrières. Le Japon appelle ça le « manufacturing plant » (la « fabrication de végétation », « plant » voulant aussi bien dire « usine » que « plante »). Grâce à ce food-computing, il sera possible d’alimenter 30% d’une ville en faisant pousser des fruits et des légumes (fraises, concombres, laitues, carottes, tomates, etc.) à l'intérieur de celle-ci. En se basant sur cette nouvelle façon de cultiver, au-delà de la nourriture produite, on pourra également créer de l’emploi. Les villes pourront profiter de différents bienfaits : plus besoin de transporter la nourriture, donc moins de pollution due aux camions, avions, transport maritime de conteneurs. Autre chose : le produit récolté perd de son goût petit à petit au fil du transport. En faisant pousser la nourriture directement dans les villes, on gagnera en nutriments et on pourra acheter nos fruits et légumes en moins de trente minutes !

Quel(s) développement(s) à venir pour OpenAg ?

On essaie aujourd’hui de reprendre en main notre agriculture. Cela fait tomber les frontières de la science. Notre prochaine étape est de consolider notre communauté de « nerd farmers » (« fermiers geeks ») en leur donnant de meilleurs outils, de meilleures sources. A l’intérieur du laboratoire du MIT Media Lab, on lance de nouveaux projets intégrant l’intelligence artificielle et l'apprentissage automatique ("machine learning") à notre travail.

Selon vous, quelles sont les trois tendances qui changeront l’économie de demain ?

Je dirais : la capacité de réunir, d’interpréter et de rendre utile des données. On a tous observé le succès phénoménal de Pokemon Go. Ils ont su réunir autour de ce jeu une multitude de personnes. Ce qui reste à savoir, c’est comment on va organiser ces données et comment on va prendre des décisions à partir d'elles.
Une autre tendance majeure, sans surprise, c’est le « Big data ». Une véritable convergence des informations entre disciplines se forment comme en ingénierie ou dans les sciences humaines afin d’améliorer globalement nos connaissances. D'ailleurs, mes étudiants du MIT Media Lab ne cherchent plus à vouloir travailler chez Google mais à utiliser ces données disponibles pour essayer de changer le monde.
La dernière tendance est probablement une meilleure utilisation des sources ouvertes. Il suffit d’observer Elon Musk qui partage le pouvoir de Tesla, Facebook ou encore Apple et ses applications utilisables par tous. Le système capitaliste a du mal comprendre la mise en place de ces plateformes open source car il n’y voit qu’un service gratuit où tout le monde peut se servir. La réaction des technologues à l’économie des réseaux sociaux est un indicateur fort.

Quel a été ton dernier effet « whaou » ?

Je suis allé visiter un ensemble de tunnels souterrains à Londres. Ils étaient abandonnés depuis la Seconde Guerre mondiale. Une entreprise, Zero Carbon Food les a exploités afin d’y faire pousser des plantes. Ce qui est très ingénieux car l’éclairage artificiel produit 10% de lumière pour 90% de chaleur. Entre 10 et 50 mètres de profondeur, la température constante est plus fraîche ce qui en fait un lieu idéal pour y faire pousser des plantes !





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Charlotte Marchandise Maire adjointe déléguée à la santé et l’environnement & candidate citoyenne à la présidentielle 2017

Charlotte Marchandise interviewé par Soon Soon Soon

« J’ai réalisé plus de choses en 5 ans en tant qu’élue de la ville de Rennes qu’en 20 ans en tant que présidente d’association, parce que les élus ont le pouvoir exécutif, le pouvoir d’agir. »

à Paris
Février 2019

LIRE LA SUITE

Jean Deydier Fondateur d’Emmaüs Connect et de WeTechCare

Jean Deydier interviewé par Soon Soon Soon

« À long terme, je suis absolument persuadé que nous aurons (tous) un accès au savoir permanent et gratuit. »

à la Maddy Keynote (Paris)
Janvier 2019

LIRE LA SUITE

Myriam Foucher Responsable marketing d’Hydrao

Myriam Foucher interviewé par Soon Soon Soon

« Cela nous a permis de concevoir la V3 de notre produit. »

à Paris (par téléphone)
Janvier 2018

LIRE LA SUITE

Fabien Nestmann Responsable des affaires publiques de Volocopter

Fabien Nestmann interviewé par Soon Soon Soon

« Volocopter, simplement dit, c’est un mélange entre un drone, un hélicoptère et une voiture [...] dont l’objectif est d’offrir du temps libre. »

au salon Autonomy (Paris)
Décembre 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Innovators Under 35

Innovators Under 35

« La MIT Technology Review recherche les 35 jeunes innovateurs les plus brillants d'Europe pour la nouvelle édition de "Innovators Under 35" !»

lire plus

Avantex 2019

Avantex 2019

« La 8ème édition du salon international de l'innovation mode et textile se tiendra à Paris Le Bourget du 11 au 14 février 2019...»

lire plus

Appel à candidatures FUTUR.E.S

Appel à candidatures FUTUR.E.S

« Pour sa 10ème édition, le festival parisien FUTUR.E.S (ex Futur en Seine) revient les 13 et 14 juin prochains dans un nouveau lieu à découvrir prochainement... Vous portez un projet innovant ? Faites partie de l'aventure !»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Charlotte Marchandise Maire adjointe déléguée à la santé et l’environnement & candidate citoyenne à la présidentielle 2017

« J’ai réalisé plus de choses en 5 ans en tant qu’élue de la ville de Rennes qu’en 20 ans en tant que présidente d’association, parce que les élus ont le pouvoir exécutif, le pouvoir d’agir. »

Jean Deydier Fondateur d’Emmaüs Connect et de WeTechCare

« À long terme, je suis absolument persuadé que nous aurons (tous) un accès au savoir permanent et gratuit. »

Myriam Foucher Responsable marketing d’Hydrao

« Cela nous a permis de concevoir la V3 de notre produit. »

1 2 3

Voir toutes les interviews