Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Aude Guéneau


Fondatrice de Plume

Mars 2018, à Paris (au téléphone)

Le monde de demain selon eux

« C’est entre 8 et 11 ans que l’enfant développera le mieux ses capacités d’expression écrite. C’est d’autant plus important que l’écriture est un facteur de protection et d’apprentissage pour l’orthographe, la lecture, le vocabulaire…

Aude Guéneau est la fondatrice de « Plume », une application qui propose des histoires aux enfants qu’ils doivent compléter eux-mêmes pour progresser en écriture.


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Aude Guéneau, professeur de lettres modernes. J’ai 33 ans.
Il y a quelques années j’ai voulu me former aux pédagogies alternatives et en psychologie de l’enfance pour mieux répondre aux besoins de mes élèves (collège & lycée), qui ont des profils très différents. J’ai donc commencé un master de psychologie clinique et une formation Montessori.

D’où vous est venu l’idée de Plume ?

Je forme d’autres enseignants et je me demandais comment faire pour placer l’écriture au centre de la pratique des professeurs de français. J’ai cheminé pendant un moment jusqu’à me dire : « il faut une application qui propose ça aux enfants et aux professionnels ».

Pouvez-vous nous raconter Plume ?

L’idée de Plume, c’est de proposer aux enfants et aux professionnels qui accompagnent des enfants (professeurs, orthophonistes, …) un outil innovant pour les faire écrire le plus souvent possible. Différents supports sont soumis aux enfants (des contes pour le moment) qui doivent écrire pour avoir la suite de l’histoire. Ils prennent une part active à l’écriture pour poursuivre ce qu’ils lisent. Au terme de cette écriture et en fonction des objectifs fixés, l’enfant est gratifié par un système de gamification.
Ensuite, chacun des écrits de l’enfant est corrigé (NDLR : par un humain) et en fonction de tout ce qu’il a écrit dans la semaine, on lui propose 2 ou 3 objectifs pour sa prochaine aventure.
On s’est posé la question avec le CNRS d’automatiser ces corrections au delà du fait qu’il n’y ai pas d’algorithme au point aujourd’hui c’est surtout que ce sont cette correction et cet accompagnement humain qui font toute la valeur Plume.

Plume se destine aux enfants de 8 à 11 ans, pourquoi ?

Pour chaque apprentissage, il y a une période dite « sensible ». Pour les langues, c’est avant 3 ans tandis que c’est entre 8 et 11 ans que l’enfant développera le mieux ses capacités d’expression écrite. C’est d’autant plus important que l’écriture est un facteur de protection et d’apprentissage pour l’orthographe, la lecture, le vocabulaire…
Il est d’ailleurs amusant de constater que dans la pédagogie Montessori, l’enfant apprend à écrire avant d’apprendre à lire.

Demain je souhaite que mon enfant écrive avec Plume, comment je fais ?

Tout simplement en m’inscrivant sur le site puis en renseignant l’âge et la classe de mon enfant pour que les histoires qui lui sont proposées soient adaptées à son niveau. Il pourra ensuite évoluer en fonction de ses aptitudes vers un autre univers.
Notre ambition c’est de proposer à l’enfant un choix large qui lui corresponde : aussi bien en terme de goûts de lecture que de niveau.

Quels sont les premiers retours ?

Nous avons réalisé une première expérimentation sur 60 enfants de particuliers mais aussi dans des classes du Réseau d’Éducation Prioritaire (REP) avec les enseignants. On était ravis de voir que les parents, en plus de nous noter entre 4 et 5 sur 5, plébiscitaient Plume car les enfants en redemandaient et ça leur permettaient d’expérimenter l’écriture sur clavier (objectif secondaire que nous n’avions pas soupçonné) !
Certains parents nous on dit : « C’est super, mon enfant fait moins de fautes d’orthographe. C’est bizarre, quand on fait une dictée il fait beaucoup de fautes alors que quand il écrit pour Plume il n’en fait presque pas », mais en fait c’est logique : l’enfant donne une telle valeur à ce qu’il produit lui-même qu’il mobilise au maximum ses connaissances pour faire le mieux possible. C’est dans ces conditions que l’enfant progresse réellement, là où il est actif dans l’apprentissage (à l’inverse d’exercices comme la dictée par exemple).
Du côté des enseignants, nous recevons beaucoup d’encouragements et nous sommes actuellement en train d’essayer d’obtenir le label « Éducation Nationale » pour pouvoir proposer Plume aux professionnels qui sont en attente de ce genre d’outils.

Quelles sont les prochaines étapes pour Plume ?

Si tout se passe bien, nous pourrons envisager de pousser le concept en anglais pour que les enfants, après 11 ans, continue à écrire mais cette fois dans une autre langue.
En plus de diversifier notre offre de base (proposer toute sorte d’écrit, au delà des contes), nous développons en parallèle une offre professionnelle pour démarcher des écoles.
Dans un 3ème temps, on aimerait développer un système avec notre communauté pour permettre à chacun de proposer sa propre histoire et pourquoi pas aussi de créer une communauté de correcteurs.

Quelles sont selon vous les 3 grandes tendances du monde de demain ?

> La première : c’est l’e-learning. Je me rends compte qu’autour de moi, de plus en plus de gens se forment eux-mêmes.

> La deuxième : l’intelligence artificielle. Mais une IA plus humaine, qui s’adapte à tous et permet de trouver des solutions pour lutter contre les inégalités. J’ai le sentiment que la EdTech en France va dans le bon sens à ce sujet.

> Enfin, la troisième tendance : le « green », non ? Mais plus qu’une tendance, je crois que c’est une prise de conscience qui deviendra un moteur d’innovation très puissant.

Quel a été votre dernier effet « wahou » ?

Le développement d’un fonds dans les EdTech de 45 millions d’euros, pour la première fois en France ! Une très bonne nouvelle parce qu’aujourd’hui la plupart des initiatives EdTech ne sont pas ou peu rentables ou le sont à l’étranger car c’est très difficile d’évangéliser le marché en France. Alors ça, c’est le signal de quelque chose…

Pour découvrir Plume cliquez ici et pour soutenir le projet à la fabrique Aviva, c'est !

©Instant Volés Photos





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Titouan Goenvec Co-fondateur de Peligourmet

Titouan Goenvec  interviewé par Soon Soon Soon

« Le transport représente 40% du prix de vente des produits. Nous avons donc décidé de proposer aux producteurs et aux citadins de mutualiser leurs trajets pour faire venir les produits à des prix abordables. »

à Paris
juin 2018

LIRE LA SUITE

Camille Pène Directrice de FUTUR.E.S

Camille Pène interviewé par Soon Soon Soon

« C’est important de permettre aux visiteurs de pouvoir rencontrer les concepteurs et tester le produit ou service […] je comprends beaucoup mieux la technologie et son potentiel si je teste et discute des implications que cela a avec son concepteur »

à Paris
Juin 2018

LIRE LA SUITE

Julia Mourri & Clément Boxebeld Co-fondateurs de Oldyssey

Julia Mourri & Clément Boxebeld interviewé par Soon Soon Soon

« Dans la rue toutes les générations se mêlent très naturellement. Jeunes, vieux, très vieux sont dans la rue, sortent en famille, font la fête jusqu’au bout de la nuit. »

à Paris (via Skype)
Mai 2018

LIRE LA SUITE

Martin Besson Fondateur de "Sans A_"

Martin Besson interviewé par Soon Soon Soon

« Les personnes sans abri ne sont pas uniquement sans abri, elles sont aussi d’autres choses. Et si avant de s’occuper de la question de l’abri il ne fallait pas s’occuper de cela ? »

à Paris
Mai 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

UP FEST

UP FEST

« Le festival dédié aux innovations positives de demain revient pour une 4ème édition intitulée "Audace es-tu là ?" à la Bellevilloise le samedi 23 juin !»

lire plus

Jour des projets

Jour des projets

« Imagination, audace et innovation seront au rendez-vous ce jeudi 21 juin à l'ESIEE Paris ! 300 étudiants seront mobilisés pour présenter au grand public leur savoir-faire à travers 100 projets.»

lire plus

FUTUR.E.S in Paris

FUTUR.E.S in Paris

« Rendez-vous à La Villette du 21 au 23 juin pour la 9ème édition de FUTUR.E.S in Paris (ex Futur en Seine) !»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Titouan Goenvec Co-fondateur de Peligourmet

« Le transport représente 40% du prix de vente des produits. Nous avons donc décidé de proposer aux producteurs et aux citadins de mutualiser leurs trajets pour faire venir les produits à des prix abordables. »

Camille Pène Directrice de FUTUR.E.S

« C’est important de permettre aux visiteurs de pouvoir rencontrer les concepteurs et tester le produit ou service […] je comprends beaucoup mieux la technologie et son potentiel si je teste et discute des implications que cela a avec son concepteur »

Julia Mourri & Clément Boxebeld Co-fondateurs de Oldyssey

« Dans la rue toutes les générations se mêlent très naturellement. Jeunes, vieux, très vieux sont dans la rue, sortent en famille, font la fête jusqu’au bout de la nuit. »

1 2 3

Voir toutes les interviews