Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Daphna Nissenbaum


Co-fondatrice et CEO de TIPA

Octobre 2018, à Station F

Le monde de demain selon eux

« Un emballage plastique aura peut être la chance d’être recyclé deux voire trois fois mais finira certainement un jour dans la nature et mettra plusieurs centaines ou milliers d’années à disparaître.

En 2010, Daphna Nissenbaum quitte l’institut de recherche qu’elle avait fondé pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Elle crée alors TIPA dont l’idée lui a été inspirée par ses enfants : créer des emballages sans plastique. Huit ans plus tard, sa société a développé plus de vingt formats de packaging compostables. Nous l’avons rencontrée à l’occasion de l’événement ChangeNOW à Station F.


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Daphna Nissenbaum, la co-fondatrice et CEO de TIPA. Auparavant j’ai travaillé dans l’industrie des logiciels pendant plusieurs années avant de devenir CEO d’un centre de recherche sur le management de risques dans les marchés financiers. J’en étais la fondatrice et je suis partie au bout de 6 ans pour créer TIPA.


Que propose TIPA ?

Nous développons des solutions packaging 100% compostables, c’est à dire que nous pouvons jeter nos emballages au compost comme des matériaux organiques puisqu’ils vont se décomposer en seulement 6 mois.
D’abord, le matériau se désagrège en morceaux puis ces derniers vont être consommés par des bactéries, en conditions d’humidité et de chaleur de compost, c’est cela qui va lui permettre de « retourner à la nature ».
Un emballage TIPA est composé de 5 à 10 matériaux bio-sourcés et non bio-sourcés, que nous assemblons selon une formule spécifique que nous avons développée.


Comment avez-vous vu eu l’idée de TIPA ?

C’est venu d’une discussion avec mes enfants à propos de ce que devenaient les emballages, j’ai alors partagé un rêve : et si dans plusieurs années nous avions d’autres types de packagings ? En effet, nous ne pouvons pas continuer à considérer le plastique comme seule solution. Le problème principal du plastique, c’est qu’il est là pour plusieurs centaines voire milliers d’années, nous ne savons pas vraiment exactement combien mais finalement ca n’a pas vraiment d’importance. TIPA est donc né de cette envie, cette ambition de résoudre ce problème.


Vous avez évoqué à ChangeNOW l’importance de comprendre la différence entre recyclable et compostable, pourquoi ?

Cela fait plus de 20 ans que l’on essaie de mettre en place des choses en faveur du recyclage et pourtant les taux sont très faibles, pourquoi ? Nous avons investi beaucoup d’énergie dans le processus de recyclage mais cela reste compliqué et nous avons du mal à l’intégrer à nos habitudes.
Quand nous avons lancé TIPA, nous avons décidé de nous concentrer sur le packaging flexible. En effet, il ne peut même pas être recyclable notamment en raison des divers matériaux qui le composent et pourtant il y en a tellement dans nos rayons…
Nous avons donc débuté sur un territoire où le recyclage n’est pas une option.
Aujourd’hui, l’industrie est en train de comprendre que d’un cycle de recyclage à l’autre, ce ne sont que 10% des packagings recyclables qui sont effectivement recyclés. Ainsi, un emballage plastique aura peut être la chance d’être recyclé deux voire trois fois mais finira certainement un jour dans la nature et mettra plusieurs centaines ou milliers d’années à disparaître.
Ce que nous soutenons avec l’industrie des matériaux compostables c’est qu’il existe un système qui peut répondre à tous les besoins des emballages tout en leur permettant d’être en harmonie avec la nature, c’est une révolution !
En d’autres termes, composter c’est recycler mais c’est recycler par la nature, comme on « recycle » une peau de banane, une écorce d’orange ou un concombre.


Un emballage TIPA est 2 à 3 fois plus cher qu’un emballage traditionnel, comment comptez-vous remédier à cette difficulté ?

Tout d’abord, comme toute nouvelle technologie, c’est effectivement plus cher mais plus il y aura de demande, moins ce sera cher. De plus, le packaging représente un pourcentage très faible du prix final du produit et certaines entreprises et consommateurs sont prêts à payer quelques centimes de plus pour un emballage compostable. C’est aussi pour elles une question d’image et d’innovation !


Quelles sont les prochaines étapes pour TIPA ?

Nous souhaitons ouvrir des bureaux ici en France pour continuer de nous y développer et accélérer notre croissance. Parallèlement, nous améliorons en permanence nos produits et sommes en ce moment en train de travailler sur la nouvelle génération de produits TIPA.


Quelles sont selon vous les trois grandes tendances du monde de demain ?

D’abord, évidemment, le développement des alternatives au plastique.
La deuxième tendance, c’est que de plus en plus de citoyens et de pays vont faire attention à leurs déchets organiques et mettre en place les infrastructures nécessaires.
La dernière, à mon sens, ce sera la pression que les citoyens parviendront à mettre sur les acteurs privés et les politiques.


Quel a été votre dernier effet « wahou » ?

Je me souviens avoir été vraiment enthousiasmée, alors que j’étais en vacances en Croatie, quand j’ai lu un article qui évoquait la mise en place d’une taxe sur les produits en plastique non-recyclable en France (cf cet article de l'Express).
D’abord c’est une décision courageuse et ensuite cela laisse présager de belles choses pour l’avenir !




Pour en savoir plus sur TIPA : https://tipa-corp.com/





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

Louise Joly interviewé par Soon Soon Soon

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Antoine Allard Directeur de la communication de Cap Digital

Antoine Allard interviewé par Soon Soon Soon

« À partir du moment où nous arrêtons de rêver le futur, nous devenons incapables de penser une destination et de nous forger un destin. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Adrien Vaissade Co-fondateur et CEO de Cleed

Adrien Vaissade interviewé par Soon Soon Soon

« Nous souhaitons mettre la technologie au service de l’humain dans le shopping de mode en ligne, pour une expérience totalement réinventée grâce à la personnalisation du contenu. »

à Paris
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Rym Trabelsi & Marguerite Dorangeon Co-fondatrices de Clothparency

Rym Trabelsi  & Marguerite Dorangeon interviewé par Soon Soon Soon

« Ce qui manque à ce secteur c’est une information qui permette au consommateur de bien choisir ses vêtements et donc inciter les marques à faire mieux. »

à Paris
Octobre 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Innovators Under 35

Innovators Under 35

« Le MIT Technology Review vous donne rendez-vous à la station F le mardi 4 décembre à partir de 9h pour rencontrer et écouter les 35 innovateurs de moins de 35 ans qui participent à la construction du monde de demain...»

lire plus

TEDxCelsa

TEDxCelsa

« Il est temps ! C'est sur ce thème que six speakers viendront partager avec vous leurs expériences lors de la 4ème édition du TEDxCelsa qui aura lieu le mercredi 14 novembre prochain...»

lire plus

Fashion Tech Days 2018

Fashion Tech Days 2018

« L'événement BtoB mode et tech revient pour une 4ème édition les lundi 29 et mardi 30 octobre ! Cette année, les professionnels de la mode et du textile se rassembleront autour du thème "Micro & Macro"...»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

Antoine Allard Directeur de la communication de Cap Digital

« À partir du moment où nous arrêtons de rêver le futur, nous devenons incapables de penser une destination et de nous forger un destin. »

Adrien Vaissade Co-fondateur et CEO de Cleed

« Nous souhaitons mettre la technologie au service de l’humain dans le shopping de mode en ligne, pour une expérience totalement réinventée grâce à la personnalisation du contenu. »

1 2 3

Voir toutes les interviews