Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Adrien Vaissade


Co-fondateur et CEO de Cleed

Novembre 2018, à Paris

Le monde de demain selon eux

« Nous souhaitons mettre la technologie au service de l’humain dans le shopping de mode en ligne, pour une expérience totalement réinventée grâce à la personnalisation du contenu.

Après 6 années passées dans le monde de la finance à gérer des introductions en bourse d’entreprises en forte croissance, Adrien Vaissade a décidé en 2017 de devenir entrepreneur en créant une startup dans la Fashion Tech. Aujourd’hui, l’entreprise en croissance qu’il doit gérer, c’est celle qu’il dirige : Cleed, un assistant shopping personnalisé en ligne. Soon Soon Soon est allé le rencontrer à l’incubateur ParisTech Entrepreneurs…


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Adrien Vaissade, co-fondateur et CEO de Cleed. Après une formation en management et finance, j’ai démarré ma carrière dans les introductions en bourse de sociétés en forte croissance à Paris. J’y ai développé une connaissance technique financière mais aussi opérationnelle des enjeux liés à la croissance d’une entreprise. Cela m’a beaucoup apporté d'un point de vue analytique mais j’ai décidé de me tourner vers l’entrepreneuriat pour avoir une approche plus opérationnelle. En effet, j’aime relever de nouveaux défis stimulants intellectuellement et aller à la rencontre des personnes pour les mettre en œuvre. J’ai donc naturellement créé Cleed que je dirige depuis 2017 avec le CTO Killian et le reste de l’équipe.


Comment est venue l’idée de Cleed ?

En tant que consommateur assidu, j’ai toujours été très attiré par le secteur de la mode, cependant, c’est selon moi le plus frustrant dans l’acte d’achat : offre pléthorique, des collections qui changent très vite, de nouvelles marques émergentes, la difficulté de définir ses propres goûts qui en plus évoluent… Il y a une grande complexité dans l’univers du prêt-à-porter et je trouvais qu’il manquait un outil permettant de suivre le marché efficacement et rapidement. C’est pour cela que j’ai décidé de créer Cleed avec l’équipe de développeurs progressivement constituée et après avoir mûri le positionnement produit pendant plusieurs mois.
L’idée est de comprendre les goûts de l’utilisateur grâce une notation régulière afin de lui présenter ce qu’il va aimer, c’est une sorte de Netflix de l’habillement. Notre nom Cleed, raccourci de « The clothes you need », vient d’ailleurs de là.
Nous souhaitons mettre la technologie au service de l’humain dans le shopping de mode en ligne, pour une expérience totalement réinventée grâce à la personnalisation du contenu.
Enfin, notre mission est plus globale car nous voulons à ré-établir un lien entre les marques de mode et les consommateurs. En effet, selon moi ce lien s’est peu à peu détérioré à cause de l’apparition de nouveaux acteurs dans la chaîne de valeur : il y a de nombreux intermédiaires entre les marques et leurs consommateurs.


Comment Cleed fonctionne ?

Cleed est un personal shopper digital qui propose à l’utilisateur des sélections ultra-personnalisées en fonction de ses goûts vestimentaires. L’utilisateur s’inscrit sur le site en y indiquant ses préférences vestimentaires et les marques qu’il souhaite suivre pour recevoir les premières recommandations de la part de son personal shopper. Ensuite il peut noter précisément les articles qu’il voit afin de permettre à Cleed de lui faire des recommandations toujours plus pertinentes.
Au-delà d’être un assistant, Cleed joue également le rôle d’agrégateur puisque son catalogue regroupe plus de 6000 marques et plus d’un million de produits ! La partie recherche concentre donc l’essentiel du marché du prêt-à-porter en allant des petits créateurs émergents aux plus grandes maisons de mode françaises et internationales.
De cette manière, si l’utilisateur n’a pas d’idée précise en tête, Cleed va lui proposer des vêtements et des looks à la manière d’un magazine mais toujours en restant fidèle à ses goûts. Dans le cas où il sait ce qu’il veut, il peut aussi le trouver sur Cleed avec notre moteur de recherche avancée. Celui-ci permet d’avoir un niveau de détail qui va plus loin que sur les moteurs de recherche classiques, grâce à notre technologie de computer vision.
En somme nous aidons les personnes qui achètent déjà en ligne à le faire d’une manière plus efficace. Et pour ceux qui n’ont pas cette habitude, notre outil leur permettra peut-être de les convaincre de sauter le pas !


Que retenez-vous de vos premiers mois d’aventure entrepreneuriale ?

D’abord, même si la vision compte beaucoup, une bonne exécution est indispensable : être focalisé à la fois sur le produit et sur l’humain est essentiel. Il faut aller régulièrement à la rencontre de son écosystème sectoriel et parler de son produit pour avoir des retours. Il est aussi important d’avoir de l’esprit critique sur ce que l’on fait et être capable de faire des concessions, savoir définir les priorités et décider vite. Nous avons bâti un produit qui demande beaucoup de travail de R&D mais en nous faisant accompagner par des experts UX, UI, marketing produit, notamment grâce à l’incubateur ParisTech Entrepreneurs, nous y sommes arrivés !
Pour une startup qui démarre, je pense que le capital humain est important : chaque personne a un rôle clé, même les stagiaires. Par ailleurs, l’adaptabilité est primordiale : dans un environnement où l’innovation est omniprésente, nous devons tous être curieux et apprendre vite. Le CTO, Killian, en est d’ailleurs un bon exemple.
Enfin, pouvoir mettre en place des actions concrètes et rapides permet de repousser le champ des possibles. Les technologies que l’on utilise comme le filtrage collaboratif ou la vectorisation d’images dépassent les limites qu’un vendeur ou styliste « humain » aurait. Bien sûr, nous intégrons à cela des règles de style plus subjectives revues par nos expertes mode.
Paradoxalement, je pense que l’intelligence artificielle va permettre de réhumaniser l’acte d’achat en ligne grâce à la personnalisation.
En tout cas, c’est une expérience que j’adore ! Chaque jour il y a de nouvelles problématiques à gérer, on doit s'adapter en permanence et je rencontre énormément de personnes d’horizons divers, c’est très enrichissant.


Quel est votre modèle économique ?

Nous fonctionnons via un système d’affiliation, c’est à dire que nous sommes rémunérés par les distributeurs. Cela nous permet de proposer notre service de personal shopping gratuitement et de vendre les articles au même prix que sur les sites des marques ou des distributeurs eux-mêmes. Nous avons également une offre technologique destinée aux retailers de la mode en B2B.


Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous avons poussé plus loin que prévu l’intelligence artificielle en intégrant de la reconnaissance d’image à notre moteur de recommandation et d’autres fonctionnalités qui seront implantées progressivement. Tout cela a nécessité environ 12 mois de R&D en machine learning et computer vision, notamment avec Ujjwal (PhD Télécom Paris) et le reste de l’équipe. Nous allons continuer à optimiser ces technologies et l’expérience utilisateur mais la première version du site cleed.com sortira très prochainement.
Parmi les fonctionnalités que nous souhaitons intégrer, nous travaillons à mettre en avant les produits réalisés à partir de textiles écologiques car nous souhaitons nous engager pour une mode plus responsable.
Par ailleurs, nous allons renforcer l’équipe l’année prochaine et commencer à communiquer sur notre offre pour développer la marque et évangéliser le marché car ce n’est pas un produit habituel : aujourd’hui les consommateurs utilisent peu d’outils pour les aider dans leur processus d’achat en ligne.


Quelles sont selon vous les trois grandes tendances du monde de demain ?

Soon la personnalisation dans le e-commerce sera devenue standard. Les consommateurs expriment d’ailleurs de plus en plus ce besoin.
Soon, les Etats-Unis et la Chine seront de loin les leaders de l’IA. Même si en France de nombreuses structures d’accompagnement financier et opérationnel existent et sont efficaces, ces deux pays ont une énorme avance qui devrait se renforcer compte tenu de leurs investissements et de leur approche plus pragmatique. Cependant nous avons une main d’œuvre très qualifiée qui pourrait jouer en notre faveur dans cette course à l’innovation.
Soon, le consommateur s’impliquera écologiquement et fera évoluer les acteurs privés et politiques. Le retour à un mode de vie plus responsable va s’imposer aux entreprises grâce à des actes du quotidien de la part des consommateurs (appli d’évaluation de qualité de produits, transparence exigée sur les méthodes utilisées…). Côté textile, de nouveaux mouvements comme Fashion For Good commencent à émerger et c’est une très bonne chose !


Quel a été votre dernier effet « wahou » ?

Je dirais le projet Hyperloop de Tesla. Cette suppression de la friction liée à l’air est une véritable innovation qui devrait révolutionner le monde du transport dans les prochaines années. Ceci dit c’est étonnant que cela n’ait pas été conçu plus tôt sachant que son système est basé sur une technologie qui date des années 70 et que le concept avait été imaginé par Jules Verne au XIXe siècle !



Pour en savoir plus sur Cleed et être alerté du lancement, rendez-vous par ici.






Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Fabien Nestmann Responsable des affaires publiques de Volocopter

Fabien Nestmann interviewé par Soon Soon Soon

« Volocopter, simplement dit, c’est un mélange entre un drone, un hélicoptère et une voiture [...] dont l’objectif est d’offrir du temps libre. »

au salon Autonomy (Paris)
Décembre 2018

LIRE LA SUITE

Paula Peters Vice-présidente de Change.org

Paula Peters interviewé par Soon Soon Soon

« Les élus échangent plus qu’auparavant avec les citoyens à travers des plateformes comme Change.org mais ce n’est pas encore généralisé car ils n’ont pas pris la mesure du pouvoir qu’elles ont. »

au Web Summit (Lisbonne)
Décembre 2018

LIRE LA SUITE

David Nihill Auteur, conférencier et entrepreneur

David Nihill interviewé par Soon Soon Soon

« Les keynotes à la Apple sont mortes. Personne ne veut écouter quelqu’un parler pendant 45 minutes. »

au Web Summit (Lisbonne)
Novembre 2018

LIRE LA SUITE

Louise Joly Directrice du réseau des écoles d’Intelligence Artificielle de Microsoft

Louise Joly interviewé par Soon Soon Soon

« La formation dure 7 mois et est conduite de manière intensive avec 35 heures de présentiel par semaine et s’adresse à des personnes sans prérequis de diplômes. »

à Paris (au téléphone)
Novembre 2018

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Appel à candidatures FUTUR.E.S

Appel à candidatures FUTUR.E.S

« Pour sa 10ème édition, le festival parisien FUTUR.E.S (ex Futur en Seine) revient les 13 et 14 juin prochains dans un nouveau lieu à découvrir prochainement... Vous portez un projet innovant ? Faites partie de l'aventure !»

lire plus

Forum NewWork

Forum NewWork

« Après une première édition en 2018 dans le cadre du salon Produrable, le forum NewWork revient cette année... Vous faites partie d'une startup qui oeuvre dans le monde du travail ? Répondez à l'appel à candidature !»

lire plus

Maddy Keynote 2019

Maddy Keynote 2019

« Le 31 janvier, rendez-vous au CENTQUATRE à Paris pour la nouvelle édition de la Maddy Keynote ! Les 3 grandes thématiques de cette année seront le travail, la consommation et le bien-être...»

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Fabien Nestmann Responsable des affaires publiques de Volocopter

« Volocopter, simplement dit, c’est un mélange entre un drone, un hélicoptère et une voiture [...] dont l’objectif est d’offrir du temps libre. »

Paula Peters Vice-présidente de Change.org

« Les élus échangent plus qu’auparavant avec les citoyens à travers des plateformes comme Change.org mais ce n’est pas encore généralisé car ils n’ont pas pris la mesure du pouvoir qu’elles ont. »

David Nihill Auteur, conférencier et entrepreneur

« Les keynotes à la Apple sont mortes. Personne ne veut écouter quelqu’un parler pendant 45 minutes. »

1 2 3

Voir toutes les interviews