Le monde de demain selon Julie Coudry

Beaucoup d’entreprises ont compris que de donner de l’autonomie, du pouvoir sur eux-mêmes à leurs collaborateurs était une bonne stratégie business

Les 9 et 10 avril prochains au Palais des Congrès de Paris se tiendra le forum New Work dont Soon Soon Soon est partenaire. À cette occasion, nous avons posé quelques questions à Julie Coudry qui sera l’une des intervenantes de cette seconde édition. Elle est la cofondatrice de JobMaker, un outil de coaching à destination des entreprises et de leurs collaborateurs pour les accompagner dans leur réflexion de carrière.

Pouvez-vous nous raconter ce qu’est JobMaker et d’où est venue cette idée ?

Aujourd’hui, nous sommes dans un monde du travail dans lequel plus rien n’est écrit, aussi bien à l’échelle d’une entreprise qu’à celle de l’individu. Les entreprises se transforment, les métiers changent et s’automatisent. En parallèle, nos envies évoluent et nous font prendre des trajectoires différentes au cours de notre vie professionnelle. Dans cette incertitude, il y a un véritable enjeu à être capable de rebondir dans une organisation. Il est nécessaire d’y trouver une place dans laquelle on se développe professionnellement, dans laquelle on a envie de s’engager pour créer de la valeur et qui corresponde aussi à notre équilibre, à l’étape de vie dans laquelle on se trouve.

Chez JobMaker, nous pensons que cette capacité n’est pas innée, qu’elle s’acquiert. Être capable d’être conscient de soi, de ce qu’on a réalisé, de ses forces, de ses envies, de ce qui nous définit, c’est un nouveau réflexe à avoir. C’est un nouveau savoir-faire qu’il faut assimiler dans le monde du travail d’aujourd’hui.

De plus, nous en sommes convaincus, les entreprises ont un intérêt vital à ce que leurs collaborateurs possèdent cette capacité. Parce qu’elles se transforment très vite, elles ont besoin de collaborateurs embarqués dans cette dynamique de transformation permanente et qui soient aussi capables de se repositionner au sein de l’entreprise.

C’est pour répondre à ces enjeux qu’est né JobMaker. Nous vendons ce coach digital de carrière aux entreprises – peu importe leur taille – qui le mettent à disposition de leurs salariés afin qu’ils soient proactifs dans leurs réflexions d’évolution de carrière. En amont, il y a bien sûr une personnalisation culturelle de l’outil pour l’entreprise et ensuite, à l’usage, celui-ci s’adapte à chaque collaborateur.

Comment l’outil s’intègre dans les process existants ?

Ce qui est proposé aujourd’hui par les entreprises pour aider les salariés à réfléchir sur leur carrière ce sont les entretiens RH. C’est bien mais cela ne peut pas être efficace si le collaborateur ne mène pas par lui-même une réflexion sur sa situation et ses envies. On ne peut pas le faire à sa place, lui dire ce qu’il veut, ce qu’il devrait faire… Le responsable RH peut être une ressource et l’aider à approfondir certains sujets, les mettre en perspective par rapport à l’entreprise mais il ne peut évidemment pas faire ce travail d’introspection.

À mon sens, c’est un élément indispensable pour que les entretiens individuels (de carrière, pas de performance) puissent devenir efficaces.

Après trois années d’existence, quel bilan faites vous ?

25 000 collaborateurs ont construit leur prochaine étape de carrière avec JobMaker. Nous avons une vingtaine de clients, dans tous les secteurs, principalement des grandes entreprises.

Du côté des collaborateurs, il y a une très belle adoption. Ils ont finalement eu assez peu l’occasion dans leur vie de faire ce type de démarche ou d’être équipés pour pouvoir le faire. En étant guidés par un outil fait pour eux, cela leur permet de mener une réflexion en profondeur sur leur carrière professionnelle. Bien que l’outil soit très simple à utiliser car ludique, en ligne et fonctionnant sur n’importe quel support, il invite à une démarche profonde sur le plan individuel. Ce n’est pas un sujet de performance, c’est un sujet de « moi » dans le travail.

Par ailleurs, les RH sont très contents de se retrouver en face de collaborateurs qui ne sont pas en demande ou en attente mais qui sont proactifs. Cela leur permet d’endosser efficacement leur rôle d’accompagnement des individus dans leurs parcours.

Enfin, beaucoup d’entreprises ont compris que de donner de l’autonomie, du pouvoir sur eux-mêmes à leurs collaborateurs était une bonne stratégie business.

Quelles sont les perspectives de développement de l’outil ?

Notre volonté c’est d’y intégrer de plus en plus de contenus et d’intelligence. Plus de contenus pour renforcer cette démarche de prise de recul sur son travail pour aller au delà du volet « carrière » et toucher à d’autres sujets comme le développement professionnel en général, en faire un véritable coach de carrière du quotidien. Plus d’intelligence également pour personnaliser davantage l’outil dans ce qu’il va suggérer comme réflexions aux utilisateurs.

Qu’est-ce qui va changer le monde en mieux ?

Le travail va devenir une affaire de « deal », d’égal à égal entre un individu et une organisation. Vu la place que le travail prend dans la vie, le travail va être de plus en plus un espace où on est en phase avec soi-même. Et si on ne s’y retrouve plus on part faire autre chose, tout simplement.


Pour en savoir plus sur JobMaker, c’est ici.