Le monde de demain selon Alex Castellarnau

Nous sommes en train de franchir un seuil à partir duquel nous allons observer l’émergence de solutions conçues du point de vue de la collaboration simultanée.

Alex Castellarnau est un expert des problématiques de l’innovation digitale et plus particulièrement d’UX Design, c’est-à-dire comment faire du design d’un produit un réel atout pour les utilisateurs. De passage à Paris, lors de l’événement France Digitale, il a pris la parole sur scène lors du premier round « Startup vs the World ».

Pouvez-nous expliquer quel est votre job à Dropbox, sous l’appellation « Head Of Design » ?

Le design chez Dropbox est au coeur de la stratégie de l’entreprise. L’entreprise s’est développée sur un produit conçu pour les utilisateurs pour être le plus simple possible d’utilisation. Son design est donc primordial et reste un élément clé du succès de Dropbox.

Il y a à peu près 85 personnes dans l’équipe Design qui est divisée en 3 équipes : Design de produit, Design de marque et Recherche utilisateur. Chacune de ces équipes, que nous appelons “Studio”, est dirigée par un chef de studio qui lead l’équipe.

A l’image de Dropbox qui a aujourd’hui plus de 400 millions d’utilisateurs partout dans le monde et qui est passé de 600 à 1 200 employés l’année dernière, mon équipe grandit très vite et accompagne le développement de l’entreprise et de ses nouveaux produits. Pour vous donner une idée du contexte, nous sommes passés de 15 personnes à 85 en seulement un an et demi !

A partir de là, mon rôle est de gérer la croissance du pôle Design chez Dropbox, et pour être plus précis : le « design organisationnel », les compétences à développer, la création de nouvelles équipes et les embauches ainsi que la représentation de Dropbox et Dropbox Design dans le monde.

Cela veut-il-dire que vous êtes sensibilisé au Design Thinking ? D’ailleurs quelle définition donneriez vous du Design Thinking ?

En fait, parler de “User-Centered Design” serait plus correct. C’est un processus de création et de développement de produits qui n’est pas guidé par la technologie ou le business model mais par les utilisateurs et leurs besoins. Chez Dropbox, on s’investit énormément pour être le plus en contact possible avec nos utilisateurs, et ce de façon continue.

Nous avons un dialogue perpétuel avec nos utilisateurs — à la fois les utilisateurs qui utilisent déjà Dropbox — et avec de futurs potentiels utilisateurs. En terme d’actions par exemple, nous allons chez les utilisateurs pour comprendre leurs besoins sur place ; nous voyageons partout dans le monde (j’étais le mois dernier en Chine), partant du constat que parmi les 400 millions d’utilisateurs de Dropbox, 70 % se situent en dehors des États-Unis.

En parallèle, nous les faisons venir dans les bureaux de Dropbox pour tester les nouveaux concepts ; et nous avons également des forums constitués de 100 000 participants qui nous donnent un feedback continu. Nous envoyons également des questionnaires à des milliers et des milliers de personnes, etc., et ce afin de toujours rester à l’écoute de nos utilisateurs. C’est eux qui vont guider nos designs et c’est ça le design thinking. On pourrait dire en fait que l’équipe de design chez Dropbox c’est 400 millions de designers.

Vous avez participé dernièrement à l’événement France Digitale en tant que speaker, quels sujets avez-vous abordé ?

J’ai justement parlé de notre philosophie de développement de produit et donc de notre approche centrée sur l’utilisateur du design.

Nous avons aussi évoqué l’avenir de Dropbox, qui va de plus en plus suivre les usages actuels de notre solution pour se concentrer sur le développement de produits de collaboration. Nous allons donc évoluer vers une plateforme de collaboration en gardant intacte l’essence de Dropbox, c’est-à-dire la simplicité d’usage.

Quels sont selon vous, les autres tendances sociétales à l’oeuvre aujourd’hui et qui feront le monde de demain ?

La fragmentation : les entreprises sont en train de se rendre compte que ce qu’elles percevaient jusqu’à alors comme un problème est en fait un avantage. Alors qu’elles avaient l’habitude d’imposer un seul logiciel pour tous ses collaborateurs, progressivement de plus en plus de personnes en entreprises ont commencé à choisir leurs logiciels, avec des solutions comme Dropbox, en ignorant le standard en vigueur dans leur entreprise. Cette tendance répond à une idée centrale, à savoir que c’est à l’entreprise d’être le premier support du talent, et pas l’inverse. Clairement les entreprises et organisations qui vont se rendre compte qu’il faut laisser au talent choisir ses propres outils et passer d’un univers “1 logiciel pour tous” à un monde 1 logiciel = 1 personne prendront un avantage compétitif clé pour attirer le top talent, et surtout les retenir sur du long terme.

La synchronicité : même si la majorité de la collaboration en équipe se produit encore de façon linéaire, on voit de plus en plus émerger le modèle contraire, où la collaboration en équipe se fait en simultané. Jusqu’à maintenant la plupart des logiciels, même s’ils permettaient la collaboration simultanée, étaient encore conçus sur un paradigme ancien de collaboration linéaire.

Nous sommes en train de franchir un seuil à partir duquel nous allons observer l’émergence de solutions conçues du point de vue de la collaboration simultanée.

Quel a été votre dernier effet « waouh » ?

Une innovation éloignée de mon monde Dropbox ! Je viens de passer deux semaines en Islande en vacances. J’y ai découvert l’invention qui date des années 90 : l’ “individual transferable quota » (ITQ), un système qui a permis aux marins pêcheurs d’avoir un travail en même temps que récupérer les populations de poissons qui étaient en voie d’extinction.