Demain, vous vivrez le grand amour avec une intelligence artificielle

Demain, l’IA sera omniprésente. Elle modifiera nos comportements sociaux, bouleversera l’éthique et pourrait bien faire de l’erreur humaine le comble du chic…

UN PRINCE CHARMANT ARTIFICIEL. Demain, le prince charmant et la princesse de vos rêves existeront. Alors bien sur, il faudra faire quelques concessions. Car cet homme capable de vous jouer de la guitare autour du feu, prévenant, doux, plein d’humour, ou cette fille parfaite, douce, sensuelle et vive seront … artificiels. Des intelligences artificielles (IA). Capables de calculs et de raisonnements précis mais également d’émotions simulées. Des intelligences qui apprennent à votre contact, évoluent, échangent entre elles leurs « trucs » et pensent par elles-mêmes. L’IA, qui dépasse déjà l’homme au Géopardy sera alors omniprésente : dans votre cuisine, dans votre voiture, en salle de réunion, dans les garderies pour enfants, etc. Et pas seulement sous la forme de robots.

« MA PETITE AMIE EST UNE IA. » On verra alors émerger de nouveaux comportements et de nouveaux rapports entre les hommes et les IA. Déjà dans les années 2000 le sociologue du MIT Sherry Turkle mettait en évidence un phénomène nouveau : de plus en plus d’humains trouvaient que les animaux-machines étaient plus « vivants » que les animaux réels… Certains d’entre nous se feront alors peut-être berner par des robots qui usurpent l’identité d’êtres humains. La presse People titrera : « Scandale à Palo Alto : Zuckerberg quitte sa femme après avoir découvert qu’elle était une IA faite de silicone. Je me disais bien aussi qu’elle n’était jamais malade, confie le père de Facebook… ». Sans parler des mariages mixtes humain/IA, des procédures d’adoption pour des couples IA, etc. Les pouvoirs publics devront alors prendre des mesures pour prémunir la population contre les effets collatéraux la fréquentation des intelligences artificielles : « Attention, fréquenter une IA peut provoquer une accoutumance. Soyez vigilant » verra-t-on apparaître…

L’ERREUR EST HUMAINE, ET CE SERA LA CLASSE. Demain, les questions éthiques liées aux IA vous toucheront au quotidien. Est-il sain d’avoir pour pote un robot ? Peut-on vraiment aimer une IA ? L’humain vous manquera peut-être et il n’est pas impossible alors que les erreurs, que le non programmé, que l’imperfection deviennent des luxes, des vertus, des valeurs recherchées. Le facteur humain deviendra une « façon », une mode, un courant de pensée. Fatigué des calculs précis, parfaits, rapides de l’IA, vous utiliserez alors des tests spéciaux – comme celui de Turing – pour déceler si vous êtes en train de parler avec une IA ou un être humain. Et l’on verra dans les défauts de chacun des pépites à préserver et ne surtout pas changer. Le luxe d’être imparfait.