Demain, le monde tiendra dans votre poche

Le monde semble vouloir rétrécir, la tendance est au tiny, au mini. Demain, vous redécouvrirez les vertus de l’infiniment petit. Et ce sera la fin du gigantisme.

VOUS N’AVEZ JAMAIS REMARQUÉ?
Le monde semble vouloir rétrécir, la tendance est au tiny, au mini. On «tinyse» une URL sur twitter pour respecter la contrainte des 140 caractères, on roule en mini-cooper, on se régale de mini-cup cakes. Rien de plus «cute» que le mini. C’est touchant, fascinant même car ça ouvre sur un monde nouveau à une autre échelle. Le mini rassure aussi, parce qu’il est contrôlable et simple: les mini-mondes sont souvent des réductions du nôtre dont les traits sociaux élémentaires sont exacerbés. Cet engouement (un peu régressif) touche aussi bien l’habitat que le contenu de l’assiette, l’art et le loisir. Il s’appuie sur les progrès scientifiques et les nanotechnologies. On s’oriente vers la fin du gigantisme…
[##colonne##]ET DEMAIN, CA DONNE QUOI ?
Demain, il se pourrait bien que le monde tienne alors dans votre poche. On vous félicitera pour la déco de votre «tiny-loft», et même si il ne fait pas 200m² – augmentation de la densité urbaine oblige, cet appart’ sera peut-être conçu comme une sorte de cocon que vous pourrez déplacer au gré de vos envies. Les artistes contemporains cesseront alors d’exposer des pièces colossales à Monumenta au Grand Palais pour se consacrer à Microscopia, et on vous prêtera une loupe pour admirer leurs oeuvres miniatures. Jeff Koons lui-même concevra enfin des pièces qui logeront dans le salon de votre tiny-loft. Et pour fêter votre nouvelle acquisition d’art, vous irez vous régaler de mini-hamburgers dans un resto spécialisé près de la galerie.
Small est déjà beautiful. Demain, Small sera le nouveau monde à découvrir.

Crédits : Lolita de Lemptika – RMCcybernetics.com – Eberhard Faber