© Lorenzo Tugnoli

Soutenir l’artisanat des pays en guerre

Ishkar est une plateforme de vente en ligne de bijoux, accessoires et tapis pas comme les autres puisque les produits qui y sont proposés proviennent de pays en guerre…

En 2016, Flore était consultante en stratégie pour la Banque Mondiale et l’ONU, Edmund travaillait pour la fondation Turquoise Mountain, une ONG basée en Afghanistan. Sans tomber dans la tautologie ou l’euphémisme, on peut avancer que l’artisanat local souffre de la mondialisation et de la production de masse. Il souffre encore plus lorsque son pays est en guerre.

Pour remédier à cette situation, Flore et Edmund lancent Ishkar. Sur le site, le fonctionnement est collaboratif : les artisans produisent à la main des objets pour lesquels ils sont rétribués au juste prix. Pour les aider, des ONG (comme la fondation Turquoise Moutain) offrent aux artisans des locaux de travail et des équipements. Ensuite, la plateforme Ishkar met en relation les producteurs avec les futurs acheteurs. Ce n’est pas le client qui impose ses diktats en termes de design : les artisans sont libres de concevoir des motifs avec leurs propres techniques.

En Afghanistan, le collectif Blue Diamond (qui réunit 6 bijoutiers kaboulies), Ghulam Sekhi (un souffleur de verre) et des tisserandes du Bamiyan (une région afghane du Nord) sont les premiers à avoir produits des objets pour Ishkar. Certains produits – des tapis en l’occurrence – ont été conçus par des designers de renom dont Zaha Hadid et Franck Gehry.

Les objectifs d’Ishkar sont multiples :

  • La mise en avant l’artisanat local des pays en guerre
  • La valorisation de la production locale et lente face à la déferlante globalisée et rapide
  • La promotion le « fait main » plutôt que le « fait machine »
  • La production et l’utilisation de matériaux naturels et pas synthétiques

Pour retrouver Ishkar en Europe, direction leur boutique londonienne, à la Goldfinger Factory. Ce lieu n’est pas seulement un point de vente. En effet, chaque mois un événement y est organisé : des rencontres avec les artisans, des repas syriens, des repas afghans, des séances de cinéma, des ateliers de confection artisanal, et bien d’autres activités et ateliers. Côté finance, comptez entre 50 et 100€ pour un bijou et plusieurs milliers d’euros pour un tapis.

Pour les parisien·ne·s, rendez-vous du 27 novembre au 7 décembre 2019 à la Librairie Voyageurs du Monde.

48 rue Sainte-Anne (75002 Paris – de 10h à 19h) pour découvrir le pop-up store Ishkar.

Retrouvez notre interview de Flore de Taisne ici !

Qu'en pensez-vous ?

Article suivant