Le média qui cultive votre curiosité
Menu

S’offrir une toile de maître pour six mois

Se procurer un Vasarely ou un tableau de Peter Saul pour quelques centaines d’euros ? Oui, vous avez bien lu ! 

C’est une plateforme française, Art Handoff, qui propose ce service afin de permettre à tous de s’offrir des chefs-d’oeuvre au moins le temps d’en profiter…

La solution, créée en 2018 par trois Toulousains passionnés d’art, permet de louer des oeuvres d’arts à des collectionneurs. Les associés ne sont pourtant pas issus du milieu artistique (loin de là) : jeune couple de trentenaires, Jeannick est opticienne de formation et Philippe est ostéopathe. Amoureux d’art moderne et contemporain, ils prennent goût au changement régulier des oeuvres d’arts exposées chez eux au fil des saisons… C’est de là que l’idée du concept de Art Handoff est née. Ils s’associent à Christophe Mélard, ancien PDG de la marque de souliers Sergio Rossi, pour développer leur projet. L’ambition ? Rendre l’art accessible à tous, à ceux qui n’osent pas, ne s’y connaissent pas ou peu, ou tout simplement à ceux qui sont curieux. Ce projet innovant fait entrer l’art dans notre vie de tous les jours, de la plus simple des manières…

Avec Art Handoff, vous pouvez donc – l’espace de six, douze, ou vingt-quatre mois – parer votre intérieur de toiles de renom. Le choix est vaste, comprenant plus d’une centaine d’oeuvres d’art estimées entre 10.000 euros et 3 millions d’euros. La galerie virtuelle est alimentée par une vingtaine de collectionneurs proposant des tableaux de près d’une cinquantaine d’artistes, certains très connus, d’autres moins. Toutes les oeuvres disponibles sont présentées et détaillées sur le site, et le portrait de chaque artiste y est dépeint. Digital oblige, il est possible de se balader sur le site et commander une ou plusieurs oeuvre(s) d’art(s) 24h/24.

La plateforme, spécialisée dans l’art moderne et contemporain, permet ainsi à des particuliers et à des entreprises de profiter de chefs-d’oeuvre qu’ils n’auraient jamais pu s’offrir et d’en changer régulièrement. Du côté des collectionneurs, grâce à Art Handoff, ils étendent la renommée de leurs protégés et les valorisent. Marché bi-face, économie du partage, appelez ça comme vous le voulez !

Et qu’en est-il de l’estimation du prix des oeuvres ? Elle est effectuée par un commissaire-priseur, aux côtés de Jean-Pierre Biron, fameux historien de l’art et d’un consultant en art pour toute expertise ou conseil supplémentaire. Le prix de location par mois équivaut à environ 1% du prix de vente estimé. Une oeuvre de Peter Saul estimée à 200.000€ sera disponible à près de 1150€ par mois… alors oui, c’est le prix d’un bon loyer, mais cela reste plus “abordable” que le prix d’achat. Un tableau de David Wolle dont le prix est estimé à 2.000€ reviendrait, lui, à 55€ par mois. 

Dans le prix de location, tout est compris : du service de transport jusqu’à l’installation sur-mesure… et même le contrat d’assurance. En effet, de ce côté-là, aucun souci à se faire, les tableaux sont assurés à 100%. Et côté sécurité, tout a été prévu aussi : les oeuvres sont dotées de capteurs de suivi, afin d’empêcher toute tentative de vol. Équipées également de crochets spéciaux, il est impossible de les déplacer. Art Handoff assurera la désinstallation complète quand le bail prendra fin. 

À l’école des beaux arts de Nantes, un concept similaire à été lancé en 2017 et permet d’emprunter une oeuvre pour une durée de trois mois. Mais cette fois… c’est gratuit ! L’école fait en effet profiter aux habitants de la Loire-Atlantique de son patrimoine artistique composé de plus de 500 oeuvres originales. Ça se passe sur Art Delivery. Il suffit simplement de réserver une oeuvre en ligne, que ce soit une peinture, une photographie ou autre, et elle sera livrée et installée chez vous par un professionnel. Seuls les frais de livraison seront à votre charge, et s’élèvent à 30€ par oeuvre pour un particulier du département. Une belle initiative pour faire découvrir aux habitants du département de nouveaux artistes et de nouvelles oeuvres, et pour faire connaître les oeuvres des (anciens) étudiants…

Qu'en pensez-vous ?

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !