S’éclairer en brûlant des calories

Souvenez-vous de l’épisode de Black Mirror dans lequel un garçon doit pédaler, pédaler, pédaler… afin de gagner des crédits pour financer son existence.

Oubliez le côté dystopique de la série, et adaptez ce concept à une salle de sport au Royaume-Uni : vous obtiendrez à quelques gouttes de sueur près Terra Hale

Vous êtes à Londres, il pleut (rien d’anormal jusque-là) et vous avez une soudaine envie d’aller brûler quelques calories après avoir dévoré un bon fish-and-chips (toujours rien d’anormal). Rendez-vous dans le quartier de Shepherd’s Bush. Une fois arrivé.e, dirigez-vous vers le marché, dépassez-le et avancez jusque sous la voie ferrée (oui, ça commence à faire peur). Et là, vous y découvrirez Terra Hale : une salle de gymnastique d’un tout nouveau genre.

Ouverte en 2017 par l’ancien snowboarder slovaque Michal Homola, Terra Hale vous propose de compter à la fois les calories brûlées et l’énergie que vous avez produite.

L’équation énergétique de Terra Hale est simple : à chaque fois que vous donnez un coup de pédale sur un vélo de la salle, vous alimentez en électricité cette dernière (éclairage, eau chaude, etc.). Vous devenez quelque part une lumière ! Niveau production d’énergie, pour seulement une séance de vélo, un pédaleur produit l’équivalent de 3 200 watts/heure, soit autant d’énergie que pour alimenter un ordinateur pendant une journée. Le surplus d’énergie est même reversé directement dans le réseau électrique londonien. 

À l’intérieur de cette salle de sport écolo, interdiction formelle d’entrer avec des bouteilles en plastique : seuls les contenants en métal, verre ou bois y sont autorisés. De plus, tous les matériaux nécessaires à la construction ou à la maintenance de la salle sont issus du recyclage. Même les murs en bois qui ornent la salle proviennent des différents chantiers de construction se trouvant aux alentours de Terra Hale

Aujourd’hui, la salle compte environ 200 adhérents (soit autant d’ordinateurs heureux). Seul ombre au tableau : le coût de participation. Comptez environ 80€ par mois (960€/an) pour participer à 4 séances collectives et 260€/mois pour un accès illimité aux infrastructures. Mais quand on aime et qu’on aide, on ne compte pas !

PS : à la question de savoir si Terra Hale allait bientôt s’exporter en France, Michal Homola a sobrement répondu « Peut-être » 😉.

Que pensez-vous de cette détection ?