Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Se tartiner de crème pour mieux se protéger

Un enfant meurt du paludisme toutes les deux minutes. L’Afrique est le continent le plus touché avec 90% des cas recensés (Source : OMS). Pour lutter contre ce fléau, Franck et Gérard ont imaginé un produit unique et efficace : Maïa, une pommade anti-paludisme.

En 2013, Gérard Niyondiko, professeur de chimie burundais et entrepreneur social décide de partir s’installer au Burkina Faso pour compléter sa formation et lancer des projets sociaux. Il déborde d’idées et l’une d’entre elles semble un peu “folle” : éradiquer le paludisme grâce à un savon. Un projet qui lui tient à coeur car il connaît les ravages de la maladie, il a fait plusieurs crises lorsqu’il était enfant. En 2014, il intègre l’incubateur La Fabrique pour développer son produit : le Faso Soap, un savon anti-moustique facile à utiliser au quotidien. Gérard et son ami Moctar Dembélé, rencontré sur les bancs de l’université, se lancent alors dans cette aventure entrepreneuriale. En 2015, Gérard rencontre Franck Langevin, un entrepreneur français spécialiste de l’innovation devient son associé et donne un nouveau souffle au projet.

En 2017, ils lancent une étude avec l’Institut des Sciences des Sociétés pour comprendre les comportements hygiéniques des familles burkinabè. Grâce à cette étude, ils apprennent que 80% des enfants de moins de 5 ans sont enduits de pommade tous les jours après leur douche. Ils se disent alors qu’une pommade anti-moustique serait sans doute bien plus efficace pour lutter contre le paludisme car son utilisation fait déjà partie des gestes quotidiens des parents et enfants.

Faso Soap devient Maïa, une pommade anti-paludisme hydratante, à moindre coût. Elle est aujourd’hui en vente au Burkina Faso. Le prochain objectif des deux entrepreneurs est d’obtenir l’homologation de leur produit auprès de l’OMS.

Qu'en pensez-vous ?

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !