Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Jouer la carte de la solidarité

Pour des milliers de personnes, faire ses courses seul·e est devenu un véritable challenge en cette période de confinement. Starling Bank, la néo-banque britannique créée en 2014, lance un nouveau concept de “Connected Card”, afin d’encourager la solidarité…

Depuis plus d’un mois maintenant, des milliers de personnes font face à des difficultés d’approvisionnement et notamment concernant la nourriture. Des élans de solidarité entre voisins ont vu le jour, particulièrement pour aider les personnes les plus à risque et les plus âgées. Afin d’appuyer et de simplifier ces initiatives, Starling Bank a lancé une carte connectée début avril. Il s’agit d’une carte bancaire sécurisée que l’on peut prêter à un tiers de confiance pour qu’il aille faire les courses à notre place. Pratique aussi si vous avez contracté le virus et ne pouvez pas du tout sortir de chez vous…

Pour se procurer cette fameuse carte, il vous faut d’abord un compte personnel chez Starling Bank. Vous pouvez ensuite commander votre connected card qui vous sera livrée sous 3 à 5 jours. Afin d’assurer une sécurité, cette carte de débit fonctionne uniquement pour des achats en magasins physiques, tout achat en ligne sera donc refusé ainsi que tout retrait de cash, et le capital maximal est de £200 (soit l’équivalent d’environ 227€). Vous pouvez bien évidemment suivre les dépenses effectuées sur votre application mobile Starling Bank et ainsi vous assurer que votre tiers de confiance mérite cette confiance 🙄.

Et pour ce qui est du code PIN, la néo banque britannique a pensé à tout : vous pourrez choisir un code (différent de celui choisi pour votre carte personnelle), que vous confierez à la personne qui se chargera de vos courses, que ce soit un parent, un enfant, un voisin, un aide-soignant… 

Par ailleurs, la néobanque, qui a dépassé les 1 million de comptes fin 2019, accompagne ses clients jusqu’au bout dans la crise actuelle. En effet, elle propose également des solutions à ses clients qui font face à des difficultés financières dues à la baisse de leurs revenus. En effet, ceux-ci ont la possibilité d’effectuer un emprunt de £500, sans avoir à payer d’intérêts pendant une période de trois mois.

Qu’il s’agisse de la “carte bleue à prêter” ou du prêt sans intérêts mais avec beaucoup d’intérêt, ces deux initiatives pourraient (devraient ?) inspirer les banques françaises…

Qu'en pensez-vous ?

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !