Le média qui cultive votre curiosité
Menu
© Roman Keller

Imprimer une maison intelligente

125 heures (à ne pas confondre avec 127). C’est le temps qu’il aura fallu aux robots et aux équipes d’architectes pour réaliser le projet de la DFAB HOUSE.

Le temps d’assembler technologie et industrie du BTP, ce qui est encore assez rare aujourd’hui. Le temps de voir sortir de terre la maison du futur, intelligente, durable et… imprimée en 3D. 

Quand les chercheurs de l’École polytechnique du canton de Zurich s’associent avec des architectes, le résultat sort de l’ordinaire. Et pourtant, c’est peut-être le début d’une nouvelle voie pour le secteur secondaire. D’abord, il a été prouvé que les bâtiments, en général, ont un impact considérable d’un point de vue écologique et ça continue encore et encore : + 22,7 % d’émissions de gaz à effet de serre en 2017 par rapport à l’objectif que s’était fixé la France (Source : Observatoire Climat-Énergie). Et souvenez-vous, cela avait d’ailleurs inspiré le concept de FabBRICK, cette startup qui recycle de vieux vêtements pour en faire des… briques ! L’urgence semble donc être au rendez-vous dans la construction en terme de responsabilité écologique. 

Dans ce contexte, les architectes se tournent de plus en plus vers la technologie, qui leur permettrait finalement de réduire cet impact – comme pour beaucoup – dans le fond et dans la forme. La DFAB HOUSE est devenue l’an dernier le premier lieu au monde habité à être intégralement construit à l’aide du numérique et de la robotique. À cela s’ajoute une domotique intelligente et “consciente”, spécialement pensée pour réaliser des économies grâce notamment à des panneaux photovoltaïques sur le toit ou à la réutilisation de l’eau chaude pour alimenter le chauffage. En bref, cette nouveauté réunit tous les critères pour repenser totalement l’habitat de demain, durable et design. 

© Roman Keller

La structure a rapidement pris forme, élaborée par des robots travaillant sans se fatiguer pendant plusieurs heures d’affilée. Mais derrière cela, des hommes et des femmes ont donné vie à leur imagination en faisant appel au numérique. Sur un ordinateur, les designers ont dessiné les plans de ce qui est devenu quelques jours plus tard un bâtiment de 200m2, où trois étages se succèdent. Envoyés directement aux imprimantes 3D et aux robots, ces derniers se sont mis à l’oeuvre.

Et qui dit imprimante 3D ne veut surtout pas dire – du moins plus – maison en toc. Bien au contraire. Un plafond qui nous tombe sur la tête, ce n’est pas vraiment le pari. Ici, il s’agit plutôt de construire une dalle plus légère, mais surtout plus solide. Baptisée Voxeljet, l’imprimante 3D industrielle à sable n’a pas chômé pour que son voisin, le robot in situ Fabricator puisse assembler les dalles rapidement. Un véritable travail collectif et à la chaîne qui s’est alors mis en place entre toutes ces machines. Et les avantages sont nombreux : précision sans faille, gain de temps évident et autonomie. Mais là où l’architecture s’apprête à prendre un virage décisif, c’est dans la géométrie aux formes particulièrement complexes et ô combien originales que permet le recours à l’imprimante 3D et ses alliés. 

© Roman Keller

En regardant de près ou déjà de loin, la DFAB HOUSE ferait penser à un harmonieux mélange entre la Philharmonie de Paris et la maison d’Iron Man. D’un point de vue esthétique, elle réunit divers matériaux en même temps que plusieurs styles : bois, béton, genre industriel et futuriste. Actuellement unique en son genre, il faudra toutefois patienter pour que le secteur du bâtiment mette la main au béton pour que ce genre d’habitations pavent prochainement nos rues. 

Alors, full 3D, trop extrême ou signal qui annonce une ère nouvelle dans l’architecture ?

En attendant, vous pouvez toujours visiter le rooftop pas comme les autres des instituts de recherches de l’Eawag et ceux de l’Empa. Ici, un premier aperçu :

Que pensez-vous de cette détection ?

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !