Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Habiter une ville en mouvement

La mobilisation citoyenne en faveur de l’environnement fleurit de plus en plus dans la cité des violettes. En 2020, la Ville de Toulouse souhaite devenir un exemple pour la ville de demain. C’est dans ce laboratoire dédié à la mobilité que naissent alternatives et initiatives, pour préparer la Ville rose qui sera bientôt sur le podium des plus peuplées de France…

Tout est parti d’un constat : Toulouse voit arriver chaque année de nouveaux habitants, en même temps que de nouveaux emplois se créent. Le Vice-Président de Toulouse Métropole nous rappelle ainsi que ce sont près de 15.000 nouvelles personnes qui emménagent chaque année dans la ville. Cette migration fait émerger certaines problématiques, et notamment celle de la mobilité. 

La Ville souhaite donc consacrer un peu plus de temps et une partie de ses ressources pour réaménager son territoire et s’adapter à cet afflux. La mue de l’aérodrome de Francazal, situé à quelques kilomètres de Toulouse, illustre bien cette volonté. En effet, dans le plus ancien aéroport public de Toulouse les idées fusent.

Avec agilité, le site a gardé d’un côté l’aéroport en activité, et de l’autre, un “laboratoire de la mobilité” avec des acteurs de l’économie de la ville qui cherchent un nouveau souffle. Il y a maintenant quelques années, Easymile, société spécialisée dans le véhicule autonome a pris possession des lieux. Aux côtés des bus hybrides déjà mis en circulation par le réseau de transports Tisséo, la navette Easymile traverse les rues toulousaines depuis 2017. 

La firme française partage l’espace avec la société américaine Hyperloop, dont le train futuriste rejoint alors le cercle de travaux prometteurs qui gravitent autour de Toulouse. Le projet prend d’ailleurs un tout nouveau virage, et pas des moindres, puisque des passagers pourront le tester d’ici quelques mois. 

Dans cette “fourmilière” d’innovations et de R&D, on voit se dessiner l’esquisse d’une véritable smart city. On y étudie la mobilité comme un tout. Les nombreux hectares sont maintenant prêts à accueillir d’autres entreprises, toutes avec un seul et même objectif : redessiner les mouvements de la ville, guidés par une logique de développement durable. 

Et lorsqu’on regarde de plus près ce qu’il se passe dans la capitale d’Occitanie, on peut dire qu’elle est déjà bien à l’heure en terme de mobilité. Avec notamment le plus grand téléphérique urbain de France, Téléo, qui changera probablement le trajet habituel des citadins en une véritable expérience. Sans oublier sa nouvelle et troisième ligne de métro, pour laquelle le feu vert a été donné aussi bien par les habitants que par les autorités administratives. 

Toulouse prouve son intérêt et son engagement pour la mobilité de demain, toujours en liant intimement l’innovation à la nature. Avec le projet de créer cinq parcs aux quatre coins de la ville, le vœu de nuancer son rose avec du vert – beaucoup de vert – s’apprête à être exaucé. 

Pour aller plus loin, soyez curieux et (re)découvrez l’interview de Pascal Melet, directeur d’Autonomy Paris. Smart ou pas smart ? Il nous livre sa vision de la mobilité de demain et de la ville, perpétuellement en mouvement. 

Qu'en pensez-vous ?

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !