Dictionnaire amoureux du futur

Conter fleurette à l’heure du swipe : les nouveaux mots du dating.

Tinderisation, dating, ghosting, blurring, zoombing… Si ces termes vous semblent abscons, nul besoin de paniquer, mais pas certain qu’ouvrir un Petit Robert vous aide. Ce n’est pas encore complètement la saison des tests estivaux, mais, vous êtes vraisemblablement* :

  • en couple depuis plus de 10 ans
  • âgé de 50 ans ou +
  • célibataire volontaire et solitaire
  • les trois à la fois (hein ?)

* si l’on en croit le test interne à la rédaction (et élargi aux amis, potes, potes de potes, mamans de l’école etc.).

En revanche, si ça vous parle un peu ou beaucoup, vous pouvez jumper à l’article suivant. Ou alors enrichir notre dictionnaire interne du conter fleurette 4.0 ou plus crûment de la hook-up culture.

A l’ère ou l’heure du post #metoo, on est en droit de se poser des questions sur ce que nos nouveaux usages linguistiques disent de nos pratiques en matière de dating – et plus largement de rapports aux autres. Partenaires sexuels ou simplement relations. Nouvelle révolution sexuelle ou stratégie digitale appliquée aux relations humaines ? Phénomène générationnel ou sociétal ?

Sans parti-pris (ou presque), notre abécédaire de la novlangue des rencontres à l’occasion de notre newsletter sur les innovations en matière de dating. Fait marquant (ou pas, sémiologues, on attend vos points de vue), le food n’est jamais très loin. De la à dire qu’il faut se préparer à l’upcycling et à la décroissance …

  • A comme amours solitaires : Le compte instagram suivi par plus d’un demi-million de personnes
  • B comme breadcrumbing : Laisser des miettes d’attention pour donner l’illusion d’une potentialité de relation. Just in case
  • C comme cookie jarring : Avoir un petit bocal de cookies relations en réserve ou d’avance. Pour les jours de disette
  • D comme dating : Tout le monde connait, mais tout le monde ne dit pas (ou plus) « j’ai un date »
  • E comme ex : ça, ça existera toujours, digital ou pas
  • F comme friend zone : La frontière qui donne des frissons ou des marges de manoeuvre
  • G comme ghoster : La rupture sans explication, sans affrontement. Parce qu’aujourd’hui rompre, ce serait avant tout rompre les liens digitaux
  • H comme haunting : Après une rupture, ghostée ou pas, l’Ex revient hanter la vie – IRL ou digitale, à base de SMS, post sur les réseaux sociaux ou autres. L’innovation en la matière est sans fin
  • I comme IRL (In Real Life). Il semblerait que cela existe encore
  • J comme JPP : J’en peux plus. Définition autoporteuse
  • K comme kittenfishing : Dérivée du catfish, l’usurpation d’identité digitale, le kittenfishing renvoie à toutes les actions visant à se présenter sous son meilleur profil (photoshop et autres compromis avec la réalités inclus)
  • L comme #Love : Tout le monde en parle. 1,6 milliards de publication sur Instagram
  • M comme marleying : Une fois n’est pas coutume, la littérature vient en aide. Vous Marleyez, si, tel le Marley de Dickens, vous refaites surface auprès d’un ex au moment des fêtes de fin d’année
  • N comme next : Il y a toujours un next … mais plus ou moins proche dans le temps
  • O comme orbiting : Version purement digitale et un peu plus light du haunting. L’ex reste dans l’orbite des réseaux sociaux. Il peut suivre ce que son étoile continue à vivre. Une version plus poétique que la réalité (l’ex qui reste accro)
  • P comme pocketing : Le fait de garder une relation en réserve, just in case. La version moderne de la potentialité
  • Q comme questions : la base absolue des sites de dating (algorithme oblige). Les applis posent des questions pour mieux matcher
  • R comme R-BOMBED : Quand le destinataire de mots doux lit mais ne répond pas…
  • S comme stasher : Cacher une relation sous toutes ses formes, notamment digital. Sûrement une pratique très énergivore pour les plus connectés
  • T comme tinderisation : Est à la relation amoureuse ce qu’est l’uberisation de la société – tout est + facile, + digital, + fragile sur les plateformes.
  • U comme unfollow : L’action la plus aisée, la plus rageuse, la plus symbolique (et selon les réseaux, la plus rattrapable)
  • V comme vérité : “Tout épisode de langage rapporté à la sensation de vérité que le sujet amoureux éprouve en pensant à son amour”, soit qu’il croie être le seul à voir l’objet aimé “dans sa vérité, soit qu’il définisse la spécialité de sa propre exigence comme une vérité sur laquelle il ne peut céder”. Merci Roland Barthes.
  • W comme WTTP : Want to trade photos…
  • Y comme YOLO : You Only Live Once
  • Z comme zombing : Après un ghosting ou une rupture plus nette, l’ex revient errer dans votre vie. Peut selon ses manifestations s’apparenter à du haunting

Et si après cette avalanche d’anglicismes vous avez envie de belles lettres, un joli livre d’Elena Ferrante sur la rupture : Les jours de mon abandon

Que pensez-vous de cette détection ?