Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Choisir le colis-partage

Le nombre de livraisons de colis explose depuis quelques années. En 2017, plus de 500 millions de colis ont sillonné les villes françaises (Source : Fevad).

C’est donc un marché porteur mais qui soulève en même temps des questions éthiques et surtout écologiques. Dans ce contexte, Colisbree entonne le chant d’un mode de livraison innovant et bien particulier… 

Des retrouvailles en famille après le long voyage humanitaire de sa fille au Kosovo, du miel acheté à un producteur local en guise de souvenir gourmand, une envie irrésistible d’y tremper une nouvelle fois ses lèvres une fois le pot terminé et le désir d’entreprendre. Voici comment Denis Combe débute en 2019 sa seconde vie professionnelle, en se lançant le coeur le premier dans la création d’une startup qui se veut collective et responsable, aux côtés de Lucas Valenzisi et Myelene Combe, la muse de ce projet. 

En partant du constat qu’il était impensable de faire un aller-retour au Kosovo pour simplement faire plaisir à ses papilles, l’affaire de famille s’est transformée en une petite révolution du mode de livraison. Si demain, votre voisin partait à son tour dans ce même pays, ne serait-ce pas l’occasion de lui demander de vous le ramener, ce fameux graal sucré ? Pour cela, il suffirait de devenir utilisateur de la plateforme et de fait, devenir membre d’une communauté réunissant d’autres particuliers. 

Autre exemple, c’est ce qui vous est peut-être déjà arrivé (en tout cas à nous, oui) : vous partez pressé par le temps de chez vos parents par peur de rater votre covoiturage et, quelques 100 kms plus loin, vous vous rendez compte que vous avez oublié votre livre fétiche. Sur Colisbree, vous trouverez une personne qui, le lendemain, fait le trajet inverse. En récupérant le livre, le conducteur devient transporteur-voyageur. Et en échange, il obtient une forme de pourboire, débloqué une fois la course finie.

Si ce système vous rappelle étrangement celui du covoiturage, ce n’est pas un hasard puisque les fondateurs s’en sont clairement inspirés. À la différence près que les concernés ne voyagent jamais les mains vides. Conséquences ? Moins de frais d’essence et une empreinte carbone limitée par rapport au système de livraison “standard” dont l’impact écologique est considérable. Dans son rapport de 2019, l’Ademe pointe du doigt les livraisons urgentes et surtout minimes qui font bondir les émissions de gaz à effet de serre (Source : Ademe). En particulier lorsqu’il s’agit d’un envoi à domicile. Ce qui est d’ailleurs le choix numéro 1 pour 86 % des Français (Source : Fevad). Colisbree s’apprête à trouver des points relais partenaires, alternative fortement recommandée par l’Ademe.

Avec une livraison de colis qui s’appuie sur les déplacements de tout un chacun, Colisbree s’intéresse principalement à une cible jeune parce que davantage en mouvement pendant les études. Mais aujourd’hui, la startup veut élargir son positionnement en se tournant aussi vers les professionnel·les et cela pourrait clairement changer l’avenir de la livraison en même temps que celui de la planète et de l’intelligence collective. En effet, en plus de faciliter et d’amoindrir les coûts des livraisons, Colisbree souhaite rassembler et apporter une valeur autre que marchande à l’économie circulaire : plus de partage, plus d’interactions et de convivialité entre les populations.

Un autre point se soulève alors : celui de globaliser le local. Prochainement, les créateurs, soutenus par l’AIMG (Association Internationale des Maires Francophones) souhaitent rassembler dans une seule et même rubrique les producteurs locaux dans toute la France. Ce qui n’est pas sans rappeler l’initiative de Peligourmet que nous avions rencontré il y a quelques mois.

Alors, attiré·e par le chant de Colisbree ? Rendez-vous juste ici pour en savoir plus. 

Que pensez-vous de cette détection ?

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !