Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Et après ? Le retour de l’intelligence

Les études ainsi que les questionnements, raisonnements et autres décryptages sur ce que sera l’après fleurissent. Elles nous parlent de travail, de consommation. D’écologie, d’impact, de politique… Et de bien d’autres problématiques qui sont autant de domaines où les solutions restent à inventer.

En partenariat avec le collectif de solutionneurs “Et après_”, nous avons eu envie d’appréhender la question sous l’angle du concret, des paroles de citoyens, des idées qui sont autant de solutions à déployer autour de nous.

Mais également d’essayer de faire émerger des lignes forces, sur ce que dire et penser demain nous dit… d’aujourd’hui. 

Première leçon : l’intelligence est de retour

Pas seulement sous sa version artificielle. Citoyens, salariés, consommateurs, tous mettent en avant, sous une forme ou une autre leur nature d’êtres intelligents. Au sens quasi philosophique du terme. La faculté de juger, de comprendre, et donc d’agir, pour soi ou pour les autres est revendiquée. Comme au temps des Lumières, mais en passant par les sondages ou les réseaux sociaux, les Français expriment et manifestent une envie d’intelligence critique. Que l’on fasse appel à leur entendement, au-delà de la référence au civisme, à la responsabilité ou à la solidarité. 

La crise sanitaire se traduit ainsi notamment par le refus de la confiscation de la décision, mais souvent des données disponibles sur les conditions de prise de décision. La critique, souvent facile dans l’Hegaxone nous dit-on, redevient esprit critique. La revendication de transparence comme manifestation d’une capacité de tous à comprendre, analyser et agir en conséquence. La revendication de la transparence des chaînes de valeur (de la production alimentaire, textile, pharmaceutique) afin de pouvoir choisir et consommer en connaissance de cause, sans être victime (parfois consentante) d’un flou, et d’être “maître de ses choix et de ses actions”.

L’intelligence en 2020 (et après), c’est, pour paraphraser Spinoza, être conscient de ses actions et ne pas ignorer les causes qui les déterminent. 

En version concrète, on peut y lire la dénonciation des fake news, en positif, la valorisation du discours scientifique, rationnel et argumenté. Le retour à la raison avec ou sans majuscule. Le retour de l’intelligence donc. 

Deuxième leçon : intelligence collective ou individuelle ?

Interrogés, sondés, les Français disent beaucoup “je”. Je consommerai mieux, je m’occuperai mieux ou plus des autres. Je veux décider, je veux être informé, je veux agir. Le nous apparaît davantage en filigrane. Nous c’est un peu les autres, mais avec le Moi au centre. Pas étonnant dès lors que les questions de rapport aux temps et du rapport à soi interviennent en tête des mentions sur ce qui va changer demain. Mais comme souvent, l’univocité n’est pas de mise ; chacun doit changer pour permettre aux monades que nous sommes de faire bouger l’équilibre de la structure. Apporter sa pierre à l’édifice qu’est le bien commun, qu’il se nomme transition écologique, justice sociale ou réinvention. 

Mais la question du bien commun, comme celle du collectif n’est pas aisée à trancher. La solidarité ou la citoyenneté doivent être pensées à la fois à l’échelle individuelle et à l’échelle collective. Dès lors, c’est peut-être la notion d’intelligence collective qui peut jouer le rôle de pont entre les deux niveaux. Si et seulement si elle réussit à faire converger les intérêts tout en préservant l’autonomie individuelle. À ce stade, le rôle de la technologie devient central. Le retour de l’intelligence interdit à la tech d’être une simple main invisible homogénéisant les comportements individuels et transcendant les individus. La technologie doit permettre l’autonomie et le collectif. De faire rejoindre la verticalité des intelligences individuelles et l’horizontalité de l’intelligence collective. Pour former un cadre nouveau. 

Une incarnation concrète de ce retour de l’intelligence ? À mi chemin entre l’individu et le collectif ? Les solutions des makers, ceux dont l’intelligence passe par la tête et les mains, dont la réactivité, l’inventivité et la capacité d’action individuelles au service de l’intelligence collective ont été valorisées, viralisées. 

L’entendement et le concret comme guide d’action ? À bon entendeur…


Découvrir en images et en chiffres les premiers résultats de cette enquête ici.

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !