Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Demain, vous serez les chimistes d’un nouveau monde

Demain, la science sera redevenue populaire, à tous les sens du terme. L’apparition du Covid-19 a reposé à l’échelle mondiale la question de la place de la recherche et de la science.

Dans les discours, dans les pratiques, dans les laboratoires, dans la recherche ou dans la vie de tous les jours. Tous les enfants apprendront la règle d’Ockham en même temps que la règle de trois, et aimeront leurs béchers sans passer pour d’incorrigibles bûcheurs, et se cultiveront à coups de boîtes de Pétri.

Si l’on omet les adeptes des théories du complot, la distance, la méfiance ou le sentiment d’exclusion qui régissaient en partie les rapports des Français à la science semblent s’effacer.Sans même évoquer les classements Pisa (et ses méthodes parfois contestées) qui nous rappellent que nos élèves ne brillent pas en maths, en 2018, seuls 27% d’entre nous estimaient ainsi disposer d’une bonne culture scientifique (Source IFOP)…

Gageons que cela pourrait constituer un changement de perspective, une révolution scientifique comme se plaisaient à l’écrire Thomas Khun ou Alexandre Koyré. Mais l’enjeu n’est pas de revenir à une interrogation épistémologique digne d’une Khôlle de Khâgne, mais sans doute davantage de revenir à la question du changement de perspective sur la valeur de la science et de ses découvertes dans nos sociétés et nos économies. Alors sciences fondamentales et sciences appliquées de l’autre ? Un distinguo fort utile sur le papier et dans le monde académique qu’on a envie aujourd’hui de dépasser. De même que l’interrogation sur la morale et la finalité de la science Ou du moins d’interpréter  sur un mode différent. 

Demain, ce ne sera plus ingénieurs contre chercheurs, sciences dures contre idées folles. Professeur contre Tournesol. D’ingénieux à ingénieur, il n’y a qu’une lettre, que l’on pourra intervertir pour passer d’un monde parfois clos à un espace infini de création et d’inventivité.  La sérendipité commence à retrouver ses lettres de noblesse. Le changement de point de vue, ce début et ce point d’aboutissement de la révolution copernicienne, n’en déplaisent aux “plastistes” devient un incontournable. Souvent nécessaire aux scientifiques dans leurs recherches, il est un guide pour inventer des solutions, combiner les intelligences, se réinventer, que l’on parle du citoyen ou de l’entreprise.

Et c’est peut-être également le début d’une ère nouvelle pour les scientifiques d’aujourd’hui, à l’ère où la science et la recherche redéfinissent leurs contours et osent l’impertinence, le détournement, la créativité. Le socle commun ? La recherche de solutions, sans parti-pris quant à la noblesse du sujet d’étude, sans jouer théorie contre pratique. Le signe de cette tendance ? Même les Universités et les institutions les plus reconnues se laissent prendre au jeu. 

Découvrez ces innovations scientifiques qui vont de la santé à la lutte contre la pollution, en travaillant sur les propriétés des matériaux, la chimie organique ou la bio-chimie :

Accompagnez votre découverte de ce futur en musique avec la playlist concoctée par la rédaction à écouter dans votre plus belle blouse blanche. Disponible aussi sur Deezer & Spotify.

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !