Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Demain, vous prendrez un itinéraire bis

Demain, vous vous mettrez tous au vert. Vous serez industrieux dans l’organisation de vos voyages plus que vous n’utiliserez l’industrie du voyage.

Vous aurez dépassé le stade du Flygskam (= la honte de prendre l’avion), et tels des oiseaux migrateurs soumis au rythme des saisons et aux contraintes locales, vous serez des globe-trotteurs au diapason de la planète.

Car le tourisme version 2.0 ou 2020, entre de plain-pied dans l’ère du consomm-acteur. Si les générations précédentes ont eu envie de partir à Katmandou en Kombi, les X,Y et Z mettent le cap sur la responsabilité et font route vers le vert. 

Et quand ils posent la question du tourisme et des ressources, ils pensent finances (un peu) mais surtout ressources naturelles, stress hydrique, impact carbone ou répartition des richesses. En la matière comme dans d’autres, faire l’équilibre n’est pas chose aisée.

L’éthique de responsabilité chère aux politistes semble se transformer en éthique de l’authentique. Les voyageurs du XXIe siècle sont toujours plus nombreux, et le tourisme de masse toujours présent sur les continents. Mais plus nombreuses aussi sont les initiatives, individuelles ou collectives qui commencent à répondre à cette exigence d’éthique et de green. Du recyclage des savons inutilisés par les hôtels aux étiquettes rappelant qu’une serviette de toilette n’a pas besoin d’être changée quotidiennement, des hôtels labellisés “sans plastique” aux gobelets comestibles dans certaines compagnies aériennes. Du bon sens, des innovations et de la tech. Des startups et des grands groupes. 

Et des totems. Dont la cabane est peut-être l’exemple le plus illustre. Habitat primitif ou pionnier, refuge du poète (Thoreau) ou modèle pour l’urbaniste (Le Corbusier), elle connaît un regain d’intérêt depuis plusieurs années, dans des versions plus ou moins sophistiquées et confortables, mais avec une promesse : se reconnecter à la nature et retrouver dans l’isolement (parfois relatif) le vrai. Prendre un chemin de traverse pour trouver des itinéraires bis.

Et pour ceux qui ne se sentent pas l’âme d’un Robinson, d’autres voies existent vers un tourisme plus écologique et responsable, avec un continuum d’initiatives et d’innovations, à explorer post-confinement :

Et écoutez ce futur en musique avec des sons sélectionnés par la rédaction, à écouter pendant vos voyages, même ceux de la chambre à la cuisine…

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !