Le média qui cultive votre curiosité
Menu

Demain, ce sera entrée-plat-dessert-matière première

Demain, vous donnerez un sens nouveau à l’alimentation. “Dis-moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es”. Cette maxime vaut pour tous les pays, toutes les époques..

Des Anglais modernes qui privilégiaient les colorants rouge et jaune pour assortir gastronomique (sic) et héraldique, aux communautés italo-américaines qui ont créé leurs plats signature en croisant traditions transalpines et provisions américaines, ou aux « distinctions » comme les intitule Bourdieu, caractérisant chaque groupe social et son assiette.

Mais la question du rapport à l’alimentation est en train de changer. Ce serait plutôt “dis-moi ce que tu jettes, je te dirais qui tu es”. Si l’accès à la nourriture reste un enjeu majeur pour un habitant de la planète sur 9, elle se double d’une préoccupation croissante sur la gestion des déchets alimentaires et de la sur-production globale en la matière. Estimée en général à un tiers de la production, elle représente 29 kg de nourriture par an pour un Français (soit 160€). La tendance est au « zerowaste » pour tenter de réduire ce chiffre horrifique. Mais faute de pouvoir compter uniquement sur les bonnes volontés individuelles, des initiatives ont commencé à fleurir visant à incarner autrement le “rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”. 

Comme si un changement de paradigme était en cours et nous permettait de penser la nourriture comme une finalité mais également comme un moyen. 

Et de redécouvrir que des métaphores triviales ont un sens. L’alimentation est souvent qualifiée de carburant, les propriétés nutritives sont mesurées en unités… énergétiques. De là à utiliser les reliefs comme ressources, il n’y avait qu’un pas, que certains scientifiques ou startups ont déjà franchi. Comme un pied de nez aux grandes surfaces et à leur façon duale de partager leur univers entre “alimentaire” et “non-alimentaire”.

De ces initiatives, nous avons envie de retenir qu’elles mobilisent la pluralité des intelligences. La première étant peut-être l’intelligence de situation, qui permet de ne pas se résoudre à l’impuissance. La seconde étant l’intelligence entendue comme agilité et comme plasticité qui leur permet de voir des ressources au lieu de voir des déchets improductifs et un rebut sans avenir. L’intelligence pratique enfin qui leur permet de redéfinir les contours de leur secteur d’activité pour effacer les notions de frontières entre intérêt général et intérêt particulier, entre fashion et food, entre énergie et culture… Après le tout comestible pour limiter le plastique, place à ceux qui pensent l’aliment comme une matière première. Une inspiration Arcimboldienne pour ceux qui composent et recomposent le style et l’énergie à la manière d’un artiste disrupteur en son temps.


Découvrez 4 détections pour expérimenter dès à présent ce futur :

Accompagnez la découverte de ce futur en musique avec la playlist concoctée par la rédaction. Disponible aussi sur Deezer & Spotify.

Article suivant

Ça vous plait ? Cultivez votre curiosité avec notre newsletter !