Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Paul Watson


Président de la Sea Sheperd Conservation Society

27 septembre 2011, Ateliers de la Terre, Evian

Le monde de demain selon eux

« Il n’y a pas besoin d’une masse trop importante de gens investis pour conduire un changement : l’histoire nous montre que 7% de la population est suffisante. C’est ce qui s’est passé en France et aux États-Unis...

Quelles sont d’après vous les trois tendances à l’œuvre aujourd’hui et qui font le monde de demain ?
Je vois le monde de demain – disons dans 100 ans en 2112, très similaire à celui d’il y a 200 ans en 1812 : retour aux bateaux à voiles et aux chevaux de trait. Une fois que l’énergie fossile aura été épuisée, comment la machine va-t-elle encore fonctionner ? On parle de l’énergie nucléaire comme une alternative, mais personne n’évoque le fait qu’il faut du pétrole au cours des nombreuses étapes du processus de production de cette énergie : extraction, transport, etc.
Mais la tendance la plus importante selon moi, c’est la réduction de la biodiversité. Nous allons atteindre un point où la diversité sera si affaiblie que, du fait de l’interdépendance entre les espèces, risque de se produire un effondrement. Nous avons un nom pour cette extinction : «the homosy». Les hommes sont les catalyseurs de l’extinction majeure à venir, et pour le moment, je n’ai pas l’impression que le monde soit capable de l’entendre.

Pensez-vous que la population en est consciente?
Non. Les gens ne sont pas conscients de grand-chose, vous savez. Nous sommes tous trop égo-centrés, trop occupés à nous divertir. Quand on sait qu’il y a aujourd’hui plus de joueurs sur World of WarCraft qu’il n’y a de personnes engagées dans des groupes ou ONG écologistes, on réalise que ces questions importent peu pour la population… Nous vivons dans une sorte de cyber-espace de divertissement.

L’avènement d’un monde virtuel est un fait à venir?
Oui, c’est en tout cas là où nous sommes peu à peu conduits. J’ai rencontré récemment un type de l’Université du Texas qui affirmait que l’espèce humaine n’avait pas besoin des autres espèces, que nous avions internet etc. Mais, il ne réalise pas que nous ne sommes même pas des «individus homogènes» ! En chacun d’entre nous vivent en effet entre 800 et 1000 espèces de bactéries différentes qui participent aux processus de digestion, de production des vitamines, etc. Nous avons tous à l'intérieur de notre corps environ 2,5kg d’êtres vivants, et ils nous sont indispensables. Si un incident survient sur ces populations de bactéries, cela a une incidence sur nous.

Pensez-vous réellement que cette extinction que vous évoquez va se produire?
Elle est déjà en cours. L’érosion de la biodiversité marine en est la preuve. Nous n’avons pas la discipline suffisante pour dire «cette zone maritime est interdite»… Parce que plus une espèce de poisson devient rare, plus elle devient chère, et donc financièrement intéressante.

Est-ce que le “no care” est une tendance ou y aura-t-il un sursaut?
Oui, absolument, c’est une tendance forte. Tout le monde s’en fiche, à l’exception d’une poignée de personnes impliquées. Mais vous savez, il n’y a pas besoin d’une masse trop importante de gens investis pour conduire un changement : l’histoire nous montre que 7% de la population est suffisante. C’est ce qui s’est passé en France et aux Etats-Unis. Une fois que ces 7% sont réunis, le reste de la population suit…

Quelle est la dernière innovation qui vous a vraiment marqué ?
Une idée intéressante – et qui pourrait résoudre le problème des masses de plastique en circulation dans les océans du monde – serait de partir à la collecte de ce plastique et de le recycler pour l’intégrer dans un processus de fabrication. Mais apparemment, ça n’intéresse personne…

De façon générale, je ne crois pas qu’on puisse «sauver la planète» avec tous ces projets «verts». Selon moi, ils relèvent tous du marketing, puisque dans le fond, il faut que le business continue, même si beaucoup tentent de faire au mieux pour préserver l’environnement.

Traduit de l’anglais par la rédaction





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Jacques Rougerie Architecte, spécialiste de l'habitat sous-marin, auteur du projet SeaOrbiter

Jacques Rougerie interviewé par Soon Soon Soon

« Les hommes ont voyagé sur les mers pour guerroyer, échanger ou assouvir leur soif de loisirs. Sous la surface se passent pourtant des choses qui laissent entrevoir aujourd'hui de nouveaux possibles dans les secteurs de la pharmacologie ou de l'alimentation. »

Sur sa péniche
21 juin 2013

LIRE LA SUITE

Adrien Sanglé-Ferrière Entrepreneur, co-fondateur de Charlie Watch

Adrien Sanglé-Ferrière  interviewé par Soon Soon Soon

« On assiste à un réenchantement des points de vente. Avec le e-commerce qui vient directement les concurrencer, les boutiques physiques sont en train de se réinventer, de se connecter, d’expérimenter pour proposer des nouvelles expériences qui dépassent simplement celles de l’acte d’achat. »

à Paris
12 mars 2014

LIRE LA SUITE

Joël de Rosnay Scientifique, prospectiviste, conférencier et écrivain

Joël de Rosnay interviewé par Soon Soon Soon

« L’industrie standardisée reposait sur la volonté des consommateurs de posséder et fonctionnait selon une structure pyramidale et hiérarchisée. On entre progressivement dans l’ère de l’industrie personnalisante, décentralisée et dé-standardisée. »

Cité de la Réussite 2012
Octobre 2012

LIRE LA SUITE

Alexis Jenni Écrivain, Prix Goncourt 2011 pour «L'art français de la guerre»

Alexis Jenni interviewé par Soon Soon Soon

« Dans le monde bipolaire d’autrefois, lorsque quelque chose ne fonctionnait pas, on allait chercher dans l’autre camp, par effet miroir. Aujourd’hui, il faut créer. Il faut faire du neuf. C’est aussi l’expression d’une certaine liberté. »

32eme Salon du Livre, Paris
18 mars 2012

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Impact Journalism Day

Impact Journalism Day

« Le 20 septembre prochain, 40 journaux du monde entier s'associeront pour mettre en avant des solutions concrètes qui changent le monde. Chacun publiera un supplément dédié à l'actualité positive... »

lire plus

Native Native

Native Native

« C'est le premier collectif de blogueurs anglophones résidant en France! Son but: proposer aux marques de créer et d'animer des ateliers pour ces blogueurs expat'... »

lire plus

Les bureaux à la demande

Les bureaux à la demande

« Bird Office est une plateforme de réservation d'espaces professionnels à l'heure ou à la journée. Une solution flexible et adaptée aux besoins des jeunes entrepreneurs! »

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Marylène Patou-Mathis Préhistorienne

« Les grandes innovations de l'histoire ne sont pas advenues par hasard.[...] A un moment donné, le matelas de connaissances humaines et le développement du cerveau ont permis aux individus d'imaginer, de comprendre, d'utiliser. L'innovation était "dans l'air". Il suffisait de la voir et de la capter. »

Jean-Christophe Tortora Directeur de la Tribune

« L’un des grands défis pour un média aujourd’hui consiste à créer et à améliorer l’univers de la marque, à développer des opérations spéciales, à créer du brand content etc... Être seulement sur une logique de programmation de suffit plus. »

Guillaume Josse Urbaniste géographe, directeur général de Groupe Huit

« Mon métier d’urbaniste consiste en premier lieu à recueillir des informations sur la vie des gens afin de comprendre les problématiques locales. Les Big Data permettent de prendre le pouls d’une cité, d’un territoire, d’un pays en temps réel. En matière de développement socio-économique, cette approche est révolutionnaire. »

1 2 3

Voir toutes les interviews