Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Jean-Michel Besnier


Philosophe, épistémologue

18 avril 2013, Le Cube, Issy les Moulineaux

Le monde de demain selon eux

« On veut fusionner avec les machines, on veut se virtualiser, on veut intégrer la matrice : c’est là un désir profondément mystique.

Nous l’avons interviewé à la sortie d’un plateau TV : le philosophe Jean-Michel Besnier, spécialiste des relations sciences/société, professeur à la Sorbonne et auteur du livre « Le futur a-t-il encore besoin de nous ? » nous a livré sa vision du monde de demain.

Quelles sont d’après vous les trois tendances à l’œuvre aujourd’hui et qui font le monde de demain ?
La fascination pour les technologies qui se révèlent capables d’autonomie tout d’abord : de la robotique aux moteurs de recherche, en passant par toute la gamme des objets intelligents, on se laisse aller à rêver un monde intégralement auto-organisé.
Ensuite, la propension à vouloir préserver la planète. C’est une tendance durable. Les comportements écologiques s’installent malgré tout dans les sociétés technologiquement développées.
Et enfin, paradoxalement, une tendance profonde à la spiritualité qui prend des formes diverses. C’est souvent une spiritualisation qui fait flèche de tout bois, qui peut tantôt emprunter son modèle au bouddhisme, tantôt renouer avec les religions révélées et la foi du charbonnier. C’est cette tendance qu’on pressentait dans la fameuse phrase prêtée à André Malraux, « le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas ».

Il s’agit là de 3 tendances relativement contradictoires à première vue : engouement pour une technologie, engouement pour la préservation de la planète, et engouement pour la religion. Et pourtant, je crois que les trois ont un dénominateur commun : la recherche mystique d’une totalité dans laquelle se fondre. Je crois que nous sommes profondément mystiques…

Ou en quête de mysticisme ?
Oui. Je crois par exemple que l’engouement pour les machines relève de cette quête. On veut fusionner avec elles, on veut se virtualiser, on veut intégrer la matrice : c’est là un désir profondément mystique. Je crois également qu’il y a une perception de l’écologie qui va dans ce sens : on divinise la nature et on en appelle à communier avec elle. C’est vrai également dans la volonté de réveiller la transcendance, dans cette propension à la religiosité.

Fusionner avec la machine, est-ce que ça ne relève pas d’un fantasme intemporel ?
Il y a en effet quelque chose de profondément fantasmatique dans cette ambition de devenir soi-même aussi puissant et inaltérable qu’une machine. Le projet d’augmenter l’homme, de supprimer le vieillissement, voire de permettre une longévité indéfinie, grâce aux avancées technologiques et médicales, prouvent qu’on espère donner réalité au fantasme. On finance des recherches pour créer un cerveau artificiel, afin de mieux comprendre les maladies neurodégénératives, mais on s’imagine très vite à partir de là pouvoir un jour télécharger la conscience humaine sur des matériaux inaltérables, transformer le cerveau en un pur logiciel. Cet attrait pour l’excès est consubstantiel des développements technologiques. On ne peut pas ne pas se projeter dans quelque chose d’inouï, d’inédit.

C’est inhérent à la nature humaine ?
Bien sûr, car il y a quelque chose de profondément transgressif dans l’Homme. Depuis toujours, nous n’avons cessé de transgresser des interdits, des frontières – à commencer par les limites naturelles.

Votre livre s’intitulait « Le futur a-t-il encore besoin de nous ». Dans vos propos, on a l’impression qu’il ne pourra au contraire jamais se faire sans nous…
…même si ça ne nous empêche pas vraisemblablement d’imaginer qu’il se fasse sans nous ! C’est cette composante mystique que nous portons tous : imaginer que nous sommes les jouets d’un destin capable de nous réconcilier avec nous-mêmes. On a besoin de transcendance et aujourd’hui, l’une de ces transcendances, c’est de dire « le mouvement – c’est-à-dire la technologie - est devenu sa fin à lui-même. »

Crédits photo : jlavadou (ActuSF.com, ©)





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Marylène Patou-Mathis Préhistorienne

Marylène Patou-Mathis interviewé par Soon Soon Soon

« Les grandes innovations de l'histoire ne sont pas advenues par hasard.[...] A un moment donné, le matelas de connaissances humaines et le développement du cerveau ont permis aux individus d'imaginer, de comprendre, d'utiliser. L'innovation était "dans l'air". Il suffisait de la voir et de la capter. »

au Muséum National d'Histoire Naturelle
le 10 septembre 2014

LIRE LA SUITE

Michel Maffesoli Sociologue

Michel Maffesoli interviewé par Soon Soon Soon

« Sur les réseaux sociaux, c’est l’entièreté de l’être et les émotions qui jouent le rôle majeur, et non plus simplement la raison. L’impact émotionnel joue un rôle de plus en plus important. »

Dans un couloir de la Cité de la Réussite 2012...
Octobre 2012

LIRE LA SUITE

David Edwards Ecrivain, professeur à Harvard, fondateur du Laboratoire

David Edwards interviewé par Soon Soon Soon

« L'évolution de la manière de concevoir est saisissante. La distinction entre apprendre, créer et produire disparaît : lorsqu'on découvre un nouvel outil, on ne lit plus un texte pour comprendre son fonctionnement: on fait et on apprend de manière intuitive. »

Paris
le 15 mai 2014

LIRE LA SUITE

Pierre-Elie de Pibrac Photographe

 Pierre-Elie de Pibrac interviewé par Soon Soon Soon

« On trouve chez les Real Life SuperHeroes une envie de solidarité associée à un réalisme sur la société et le monde tels qu’ils sont : ils utilisent les canaux médiatiques existants au profit de leurs actions solidaires, pour les expliquer. »

Opera Gallery, Paris
3 mai 2012

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Soonoscope FabLife

Soonoscope FabLife

« Le Soonoscope 9 sort bientôt... En attendant, découvrez les valeurs et les innovations du phénomène "FabLife" dans le Soonoscope 8, et comment les marques peuvent faire face à la révolution des "makers"... »

lire plus

Bee & You

Bee & You

« Afin de lutter contre la disparition des abeilles, Bee&You vous propose d'en adopter en parrainant une ruche... »

lire plus

Les Vénus de l'innovation

Les Vénus de l'innovation

« La 2e édition des Vénus de l'innovation événementielle se déroulera le 5 novembre prochain au salon Heavent, au parc des Expositions, porte de Versailles. »

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Pascale de Rozario Sociologue, directeur de recherche au Cnam

« Chaque salarié, quels que soient sa vie, ses mérites et ses démérites, doit pouvoir faire de ses expériences un beau projet, une autre histoire. Cela s’appelle la méritocratie, [...] il s'agit de valoriser des compétences et des savoirs-faire pour les faire reconnaître. »

Frédéric Lenoir Philosophe, sociologue, et écrivain français, spécialiste des religions et spiritualités

« Face à la tendance dominante calquée sur le modèle de développement économique depuis plusieurs siècles en Occident, se développe une tendance minoritaire mais significative: [...] c’est dans le monde alternatif que l’on cherche les solutions du monde de demain. »

Marylène Patou-Mathis Préhistorienne

« Les grandes innovations de l'histoire ne sont pas advenues par hasard.[...] A un moment donné, le matelas de connaissances humaines et le développement du cerveau ont permis aux individus d'imaginer, de comprendre, d'utiliser. L'innovation était "dans l'air". Il suffisait de la voir et de la capter. »

1 2 3

Voir toutes les interviews