Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Hervé This


Chimiste et tête de file de la gastronomie moléculaire

le 26 juin 2013, dans son laboratoire de Chimie

Le monde de demain selon eux

« La cuisine moléculaire a été une transition importante et la mode bat son plein. Mais elle est terminée intellectuellement. Demain, c’est la cuisine « note-à-note » qui sera le vrai bouleversement de notre alimentation.

QUELLES SONT D APRÈS VOUS LES TROIS TENDANCES À L’ŒUVRE AUJOURD’HUI ET QUI FONT LE MONDE DE DEMAIN ?
Il me semble que les gens refusent désormais d’être réduits à des consommateurs. A titre personnel, je ne me sens pas « un consommateur », je suis un citoyen, et, de temps en temps, j’achète des produits pour ma consommation. Ce mouvement est particulièrement sensible autour de l’alimentation : le public a le sentiment d'être manipulé. L’industrie alimentaire s’en étonne, mais elle communique sans cesse sur l’innovation pour sortir des produits dont la seule innovation est celle d’un packaging - au mieux. Du coup, le public fait davantage confiance aux artisans, au commerce de proximité. Ce n'est d'ailleurs pas un sentiment personnel, mais le résultat d'études.

Je vois également un changement important dans la transmission des savoirs et les sciences de l’apprendre, notamment sous l’influence du web. Mais il ne faut pas confondre acquisition des savoir et envie d’apprendre. Aristophane disait, « enseigner, ce n’est pas remplir une cruche, c’est allumer un brasier ». Il faut donc avant tout donner envie aux gens, et leur donner envie de susciter de l’enthousiasme autour d’eux. C’est compliqué, mais utile.

Pour donner envie, je crois enfin que l’action est la meilleure pédagogie. Il faut agir et porter l’exemple. A titre personnel, plutôt que de parler des changements, je préfère les vivre, je préfère les « faire ». Du coup, je n’écoute pas la radio, je ne regarde pas la télévision, je ne lis pas le journal car j’ai besoin de toute mon énergie pour « faire »…

ET LA CUISINE MOLÉCULAIRE DANS TOUT CA : VOIE D’AVENIR OU MODE PASSAGÈRE ?
La « cuisine moléculaire » a été une transition importante et la mode bat son plein. Mais elle est terminée intellectuellement. Demain, c’est la cuisine « note-à-note » qui sera le vrai bouleversement de notre alimentation.

C’EST-A-DIRE ?
Il faut distinguer la « gastronomie moléculaire » de la « cuisine moléculaire » et de la « cuisine note à note ».
La « gastronomie moléculaire », c’est de la science et cela ne se fait donc que dans des laboratoires de recherche, pas dans des cuisines. Elle sert à produire de la connaissance et non à faire des produits alimentaires. La « cuisine moléculaire » cherche de son côté à rénover les techniques culinaires, à les rationaliser, à utiliser de nouveaux ustensiles : au lieu d’avoir des casseroles, on utilise un outil plus approprié - des ampoules à décanter, des filtres, des siphons… On fait des coqs au vin, des choucroutes, des cassoulets, mais on les fait de façon plus efficace. Mais au fond, une sauce mayonnaise réalisée à l'aide d'ultrasons reste une mayonnaise…

ET LA CUISINE « NOTE A NOTE » ?
La « cuisine note-à-note » est une vraie révolution que je cherche à promouvoir. Elle est née en 1994 avec un article que j'ai publié dans la revue Scientific American [disponible ici, ndlr]. Cette fois, tout comme la musique électroacoustique n'utilise plus de violon ou de trompette, la « cuisine note-à-note » n'utilise plus de poisson, viande, légume ou fruit : il s'agit de faire des plats à partir de composés purs comme de l’eau, de l’éthanol, du saccarose et une infinité de composés obtenus par fractionnement des tissus végétaux ou animaux, par « craquage », ou par synthèse chimique. Bien sûr, avec la cuisine note à note, on peut reproduire la saveur d’un coq au vin, mais cela n'aurait aucun intérêt, puisque le coq au vin existe. Il vaut mieux faire autre chose et aller au-delà. Il y a un immense continent de préparations jamais exploré. Un continent de gourmandise !

ALLER AU DELA… VOUS VOULEZ DIRE POUR CREER DE NOUVELLES SAVEURS ?
Selon moi, le terme de « créativité », comme celui « d’innovation », est une tarte à la crème. Il ne se passe pas une journée sans qu’on me parle « d’innovation », même pour vendre du sucre ! Il ne faut pas exagérer. En matière alimentaire, la « nouveauté », est rare. Les industriels font tous les mêmes pizzas, c’est pourquoi je me bats pour qu’ils prennent un système de droits d’auteurs sur des produits « artistiques ».

DES PRODUITS « ARTISTIQUES » ?
Oui, car la cuisine ce sont trois choses : de l’amour, de l’art et de la technique. Faire gonfler un soufflé, c’est juste une question de technique. Mais mettre plus ou moins de sel, c’est une question de dosage et de « composition » au même sens que la composition musicale : si le soufflé est beau, s’il est bon, c’est une question artistique, pas technique. Les gens prennent des cours de cuisine parce que c’est une activité artistique : c’est comme apprendre à jouer de la flute à bec, c’est le même type de démarche. Et si on reconnaît la cuisine comme telle, alors on la pratique très différemment. Enfin, la dernière composante, c’est l’amour qu’on y met. Si votre soufflé est beau, il ne sera jamais bon si vous le jetez à la tête des gens. C’est dans la construction de l’aliment lui-même que vous pouvez introduire le « je t’aime ».

EVOQUONS LE FUTUR DE L’ALIMENTATION ET DE LA CUISINE. VOUS PENSEZ QUE MANGER DES INSECTES EST UNE VOIE D’AVENIR ?
Mon collègue Pierre Fayet [chercheur au Laboratoire de Physique Théorique
de l’École Normale Supérieure, ndlr] publiera bientôt un article dans un magazine spécialisé sur le sujet. Tout le monde parle du fait de manger bientôt des insectes mais ce n’est pas réaliste. Le sujet fait du buzz et l’intention est bonne mais les insectes ne suffiront pas à nourrir les gens : ils ne contiennent pas assez d’énergie et de nutriments…

D’OU EST VENU VOTRE DERNIER EFFET « WHAOU » ?
Des peuples nomades qui vivent dans le Kalahari [dans le désert du même nom, au nord de l’Afrique du Sud, ndlr]. En France, lorsque vous invitez un ami à manger, il vous invite en retour. C’est une pratique bourgeoise et très ancienne. Mais chez ces nomades, il est dit au contraire que lorsqu’on donne quelque chose à quelqu’un, cette personne ne vous le rend pas mais a le devoir de donner l’équivalent à quelqu’un d’autre. Cela crée une boucle sociale vertueuse. Si comme je le crois, le lien social est un moteur essentiel de l’alimentation aujourd’hui, il faut utiliser des idées de ce genre pour en promouvoir la mise en œuvre.

Et pour prendre des cours de cuisine moléculaire en ligne avec son compère le chef Pierre Gagnaire, faites un tour sur les podcasts de ses cours en libre accès, par ici !





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Jacques Rougerie Architecte, spécialiste de l'habitat sous-marin, auteur du projet SeaOrbiter

Jacques Rougerie interviewé par Soon Soon Soon

« Les hommes ont voyagé sur les mers pour guerroyer, échanger ou assouvir leur soif de loisirs. Sous la surface se passent pourtant des choses qui laissent entrevoir aujourd'hui de nouveaux possibles dans les secteurs de la pharmacologie ou de l'alimentation. »

Sur sa péniche
21 juin 2013

LIRE LA SUITE

Daniel Diego Lincoln Directeur Artistique

Daniel Diego Lincoln interviewé par Soon Soon Soon

« La publicité peut être utile, pas seulement pour la marque mais pour le consommateur. Elle doit pouvoir apporter quelque chose de supplémentaire et ne pas se limiter à diffuser un message commercial. »

Dans les locaux d'Ogivly, à Paris
29 novembre 2013

LIRE LA SUITE

Carlo Ratti Architecte, directeur du Senseable City Lab au MIT

Carlo Ratti interviewé par Soon Soon Soon

« Les nouvelles technologies permettent aujourd'hui de renforcer le rôle des citoyens. Je voudrais essayer de proposer des systèmes et des espaces pour les impliquer. Il faut leur donner la possibilité de créer et de contrôler leur propre ville. »

au Festival des ATELIERS du Quartier de la création, à Nantes
le 3 avril 2014

LIRE LA SUITE

Matthieu Vetter Fondateur du magazine Silex ID

Matthieu Vetter interviewé par Soon Soon Soon

« Le monde change. Des innovations viennent modifier les paradigmes actuels. A l'instar du smartphone qui a changé notre rapport à la communication ou des applications web qui ont transformé les transports, les innovations en cours vont redessiner le monde. »

à Paris
le 17 juillet 2014

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Investir dans un zébu

Investir dans un zébu

« Zébu Overseas Board vous invite à investir dans un zébu à Madagascar. Celui-ci sera cédé en location-vente à une famille qui pourra l'utiliser pour produire du lait, labourer sa terre etc... »

lire plus

Café 3D à Nice

Café 3D à Nice

« Fin septembre ouvrira à Nice le Comptoir de l'imaginaire, un lieu convivial dans lequel le client est accompagné par un personnel compétent dans la réalisation de ses créations 3D sur les imprimantes les plus performantes du marché... »

lire plus

Impact Journalism Day

Impact Journalism Day

« Le 20 septembre prochain, 40 journaux du monde entier s'associeront pour mettre en avant des solutions concrètes qui changent le monde. Chacun publiera un supplément dédié à l'actualité positive... »

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Marylène Patou-Mathis Préhistorienne

« Les grandes innovations de l'histoire ne sont pas advenues par hasard.[...] A un moment donné, le matelas de connaissances humaines et le développement du cerveau ont permis aux individus d'imaginer, de comprendre, d'utiliser. L'innovation était "dans l'air". Il suffisait de la voir et de la capter. »

Jean-Christophe Tortora Président de la Tribune

« L’un des grands défis pour un média aujourd’hui consiste à créer et à améliorer l’univers de la marque, à développer des opérations spéciales, à créer du brand content etc... Être seulement sur une logique de programmation de suffit plus. »

Guillaume Josse Urbaniste géographe, directeur général de Groupe Huit

« Mon métier d’urbaniste consiste en premier lieu à recueillir des informations sur la vie des gens afin de comprendre les problématiques locales. Les Big Data permettent de prendre le pouls d’une cité, d’un territoire, d’un pays en temps réel. En matière de développement socio-économique, cette approche est révolutionnaire. »

1 2 3

Voir toutes les interviews