Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Erik Orsenna


Erik Orsenna est écrivain, membre de l'Académie Française

Septembre 2011, Evian

Le monde de demain selon eux

« Il faut lutter contre la domination absolue de ces spécialistes-roi. Connaitre son métier c’est la moindre des choses, mais ça ne suffit pas. L’intelligence close n’est plus pertinente dans un monde relié.

Quelles sont d’après vous les trois tendances à l’œuvre aujourd’hui et qui font le monde de demain ? La première : le rééquilibrage entre les emprunteurs et les prêteurs. La deuxième, c’est que l’Europe, à moins de se réveiller vraiment, va vite se retrouver en deuxième division. Enfin la troisième : je crois que tout va se jouer dans l’articulation entre les villes et les campagnes. Ce qui rejoint la thématique du développement durable qui est selon moi la question clé du moment.

Parle-ton suffisamment de cette thématique ? Et surtout le fait-on de manière pertinente ?
Les soi-disant experts qui interviennent sur les sites ou dans des émissions relèvent d’un populisme un peu dangereux qui promeut finalement l’ignorance. Une escroquerie ! Il faut lutter contre la domination absolue de ces spécialistes-roi. Connaitre son métier c’est la moindre des choses, mais ça ne suffit pas. L’intelligence close n’est plus pertinente dans un monde relié. Il faut tisser des liens, des interactions, étudier la circularité. Bien parler du monde exige un retour à une vraie culture générale.

Assiste-t-on à une disparition de l’Etat ? Ou peut-il encore se renforcer ?Quand il n’y a pas de règle, c’est le triomphe des mafias. Bancaires ou criminelles, c’est pareil. On est dans un monde nouveau et il faut que l’Etat revienne à des fondamentaux. J’étais en Chine récemment, où l’Etat est certes peut-être un peu trop fort, mais au moins a-t-il la maîtrise du long-terme. Dans le monde occidental les entreprises sont désormais plus ancrées sur le long-terme que les Etats. Or une des questions clé est justement : la démocratie est-elle capable de promouvoir les valeurs de long-terme ?

Dans 10 ans de quoi parlera-t-on dans les grands forums internationaux? On vérifiera, sans doute trop tard, surtout pour l’Europe, ce que dit Edgar Morin : "on sacrifie l’essentiel à l’urgent, alors que l’urgent est l’essentiel".

Quelle est la dernière innovation qui vous a vraiment marqué ? Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi on ne met pas l’eau au cœur des préoccupations. Chaque dollar investi dans l’eau et dans son l’assainissement est ce qu’il y a de plus efficace, de plus pertinent. Pour la dignité des êtres humains, pour la santé, pour l’équilibre campagne ville, pour la croissance économique. Lorsque l’on parle de développement, il n’y a plus de question isolée. On ne peut pas cantonner les débats sur l’énergie à la seule question du nucléaire par exemple. Le triangle clé, c’est eau, énergie, sol.





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Daniel Diego Lincoln Directeur Artistique

Daniel Diego Lincoln interviewé par Soon Soon Soon

« La publicité peut être utile, pas seulement pour la marque mais pour le consommateur. Elle doit pouvoir apporter quelque chose de supplémentaire et ne pas se limiter à diffuser un message commercial. »

Dans les locaux d'Ogivly, à Paris
29 novembre 2013

LIRE LA SUITE

Philippe Vandel Journaliste, chroniqueur, écrivain

Philippe Vandel interviewé par Soon Soon Soon

« Anticiper l’avenir, c’est comme lancer une fléchette sur une cible: on atteint le centre une fois sur dix ou sur cent. »

à Radio France, lors de la fête du livre
24 novembre 2013

LIRE LA SUITE

Amaelle Guiton Journaliste spécialiste des Hackers

Amaelle Guiton interviewé par Soon Soon Soon

« Si on a une chance de se sortir de la surveillance généralisée, ce sera grâce aux Hackers. Leur credo, c’est "la transparence pour les pouvoirs, la vie privée pour les citoyens". »

dans un café (quelque part) à Paris
le 25 octobre 2013

LIRE LA SUITE

Claire Cano Co-fondatrice du site Luckyloc

Claire Cano interviewé par Soon Soon Soon

« Le web permet une économie collaborative et l’émergence des valeurs de partage des richesses. Ces valeurs sont en opposition non seulement avec la société de consommation, mais aussi avec les plateformes classiques d’e-commerce, qui sont plutôt dans l’achat-revente. »

Tedx Women Champs Elysées
le 7 décembre 2013

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Soonoscope FabLife

Soonoscope FabLife

« Le Soonoscope 9 sort bientôt... En attendant, découvrez les valeurs et les innovations du phénomène "FabLife" dans le Soonoscope 8, et comment les marques peuvent faire face à la révolution des "makers"... »

lire plus

Bee & You

Bee & You

« Afin de lutter contre la disparition des abeilles, Bee&You vous propose d'en adopter en parrainant une ruche... »

lire plus

Les Vénus de l'innovation

Les Vénus de l'innovation

« La 2e édition des Vénus de l'innovation événementielle se déroulera le 5 novembre prochain au salon Heavent, au parc des Expositions, porte de Versailles. »

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Pascale de Rozario Sociologue, directeur de recherche au Cnam

« Chaque salarié, quels que soient sa vie, ses mérites et ses démérites, doit pouvoir faire de ses expériences un beau projet, une autre histoire. Cela s’appelle la méritocratie, [...] il s'agit de valoriser des compétences et des savoirs-faire pour les faire reconnaître. »

Frédéric Lenoir Philosophe, sociologue, et écrivain français, spécialiste des religions et spiritualités

« Face à la tendance dominante calquée sur le modèle de développement économique depuis plusieurs siècles en Occident, se développe une tendance minoritaire mais significative: [...] c’est dans le monde alternatif que l’on cherche les solutions du monde de demain. »

Marylène Patou-Mathis Préhistorienne

« Les grandes innovations de l'histoire ne sont pas advenues par hasard.[...] A un moment donné, le matelas de connaissances humaines et le développement du cerveau ont permis aux individus d'imaginer, de comprendre, d'utiliser. L'innovation était "dans l'air". Il suffisait de la voir et de la capter. »

1 2 3

Voir toutes les interviews