Inscrivez-vous !

Prenez un temps d'avance
Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les meilleures innovations du moment

Interview


Le monde de demain selon Erik Orsenna


Erik Orsenna est écrivain, membre de l'Académie Française

Septembre 2011, Evian

Le monde de demain selon eux

« Il faut lutter contre la domination absolue de ces spécialistes-roi. Connaitre son métier c’est la moindre des choses, mais ça ne suffit pas. L’intelligence close n’est plus pertinente dans un monde relié.

Quelles sont d’après vous les trois tendances à l’œuvre aujourd’hui et qui font le monde de demain ? La première : le rééquilibrage entre les emprunteurs et les prêteurs. La deuxième, c’est que l’Europe, à moins de se réveiller vraiment, va vite se retrouver en deuxième division. Enfin la troisième : je crois que tout va se jouer dans l’articulation entre les villes et les campagnes. Ce qui rejoint la thématique du développement durable qui est selon moi la question clé du moment.

Parle-ton suffisamment de cette thématique ? Et surtout le fait-on de manière pertinente ?
Les soi-disant experts qui interviennent sur les sites ou dans des émissions relèvent d’un populisme un peu dangereux qui promeut finalement l’ignorance. Une escroquerie ! Il faut lutter contre la domination absolue de ces spécialistes-roi. Connaitre son métier c’est la moindre des choses, mais ça ne suffit pas. L’intelligence close n’est plus pertinente dans un monde relié. Il faut tisser des liens, des interactions, étudier la circularité. Bien parler du monde exige un retour à une vraie culture générale.

Assiste-t-on à une disparition de l’Etat ? Ou peut-il encore se renforcer ?Quand il n’y a pas de règle, c’est le triomphe des mafias. Bancaires ou criminelles, c’est pareil. On est dans un monde nouveau et il faut que l’Etat revienne à des fondamentaux. J’étais en Chine récemment, où l’Etat est certes peut-être un peu trop fort, mais au moins a-t-il la maîtrise du long-terme. Dans le monde occidental les entreprises sont désormais plus ancrées sur le long-terme que les Etats. Or une des questions clé est justement : la démocratie est-elle capable de promouvoir les valeurs de long-terme ?

Dans 10 ans de quoi parlera-t-on dans les grands forums internationaux? On vérifiera, sans doute trop tard, surtout pour l’Europe, ce que dit Edgar Morin : "on sacrifie l’essentiel à l’urgent, alors que l’urgent est l’essentiel".

Quelle est la dernière innovation qui vous a vraiment marqué ? Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi on ne met pas l’eau au cœur des préoccupations. Chaque dollar investi dans l’eau et dans son l’assainissement est ce qu’il y a de plus efficace, de plus pertinent. Pour la dignité des êtres humains, pour la santé, pour l’équilibre campagne ville, pour la croissance économique. Lorsque l’on parle de développement, il n’y a plus de question isolée. On ne peut pas cantonner les débats sur l’énergie à la seule question du nucléaire par exemple. Le triangle clé, c’est eau, énergie, sol.





Découvrez d'autres interviews :

LIRE LA SUITE

Jean-Paul Fitoussi Economiste

Jean-Paul Fitoussi interviewé par Soon Soon Soon

« Je pense que l’Afrique pourrait être le nouveau Far West des prochaines décennies, avec un potentiel de développement et de croissance exceptionnel. »

LH Forum, Le Havre
27 septembre 2013

LIRE LA SUITE

Tod Machover Compositeur, inventeur et professeur au MediaLab du MIT

Tod Machover interviewé par Soon Soon Soon

« A l'avenir, les compositeurs proposeront des oeuvres inachevées que chaque auditeur pourra finaliser en fonction de sa psychologie ou de sa personnalité. L'auditeur ne sera plus dans une posture passive mais vivra une expérience totale et immersive. »

au Laboratoire de Paris
le 28 mars 2014

LIRE LA SUITE

Abd Al Malik Rappeur, slameur et écrivain

Abd Al Malik interviewé par Soon Soon Soon

« Il ne faut pas avoir peur de l’innovation et de la technique. Le futur réside dans notre capacité à savoir embrasser l’époque dans laquelle on vit. »

au Mobile Film Festival, à Paris
le 11 Février 2014

LIRE LA SUITE

Arthur Dreyfus Ecrivain, scénariste, réalisateur et journaliste franco-suisse

Arthur Dreyfus interviewé par Soon Soon Soon

« Il y a une évolution de valeur : dans les années 60, le mot d’ordre était la prospérité ; dans les années 70-80 c’était la liberté. Aujourd’hui, c’est la créativité qui est sacralisée. »

Paris
15 décembre 2013

<< Voir toutes les interviews

Vous aimez SoonSoonSoon ? Dites-le !

Actualités

Investir dans un zébu

Investir dans un zébu

« Zébu Overseas Board vous invite à investir dans un zébu à Madagascar. Celui-ci sera cédé en location-vente à une famille qui pourra l'utiliser pour produire du lait, labourer sa terre etc... »

lire plus

Café 3D à Nice

Café 3D à Nice

« Fin septembre ouvrira à Nice le Comptoir de l'imaginaire, un lieu convivial dans lequel le client est accompagné par un personnel compétent dans la réalisation de ses créations 3D sur les imprimantes les plus performantes du marché... »

lire plus

Impact Journalism Day

Impact Journalism Day

« Le 20 septembre prochain, 40 journaux du monde entier s'associeront pour mettre en avant des solutions concrètes qui changent le monde. Chacun publiera un supplément dédié à l'actualité positive... »

lire plus

1 2 3

Le futur, c'est par où ?

la carte des innovations SoonSoonSoon Voir la carte des innovations

Interview

Marylène Patou-Mathis Préhistorienne

« Les grandes innovations de l'histoire ne sont pas advenues par hasard.[...] A un moment donné, le matelas de connaissances humaines et le développement du cerveau ont permis aux individus d'imaginer, de comprendre, d'utiliser. L'innovation était "dans l'air". Il suffisait de la voir et de la capter. »

Jean-Christophe Tortora Directeur de la Tribune

« L’un des grands défis pour un média aujourd’hui consiste à créer et à améliorer l’univers de la marque, à développer des opérations spéciales, à créer du brand content etc... Être seulement sur une logique de programmation de suffit plus. »

Guillaume Josse Urbaniste géographe, directeur général de Groupe Huit

« Mon métier d’urbaniste consiste en premier lieu à recueillir des informations sur la vie des gens afin de comprendre les problématiques locales. Les Big Data permettent de prendre le pouls d’une cité, d’un territoire, d’un pays en temps réel. En matière de développement socio-économique, cette approche est révolutionnaire. »

1 2 3

Voir toutes les interviews